Travaux

Cette page propose la mise en ligne de travaux préparatoires aux
manifestations scientifiques (textes d'intention et problématiques,
synopsis d'interventions rédigés par leurs auteurs, etc.)

♦  SYNOPSIS DES JOURNÉES D’ÉTUDES DU CH2R

L’écriture de l’histoire de la Résistance : usages, traitements et interprétations des sources

Sébastien ALBERTELLI (IEP de Paris), “Les archives du BCRA et l’écriture de l’histoire de la Résistance”

Comme toutes les masses d’archives soustraites pendant de longues années à la curiosité dévorante des historiens, les archives du BCRA ont suscité bien des fantasmes. Aussi n’est-il pas inutile de les remettre à leur juste place. Je me propose d’examiner ce que signifie « les archives du BCRA » en retraçant l’histoire du fonds conservé aux archives nationales sous la cote 3AG2 et en soulignant la masse d’archives du BCRA conservée ailleurs que dans ce fonds bien connu. Je soulignerai ensuite la montée en puissance de ces archives du BCRA dans l’historiographie de la Résistance depuis environ 25 ans, avant d’esquisser une typologie de la documentation susceptible d’être utilisée dans ces archives et d’analyser un certain nombre de biais dont il convient d’être conscient au moment de les exploiter.

Emmanuel CHEVET (U. de Bourgogne), “Les archives de gendarmerie : note de bas de page, compléments d’objets ou sujets de l’histoire de la Résistance ?”

Une note du président du conseil du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CHDGM), datée de 1960, insiste auprès de ses correspondants locaux, mandatés au dépouillement des rapports de la gendarmerie, de « bien précis(er) que l’enquête ne porte en aucune manière sur le comportement des gendarmes pendant la guerre, mais que l’on note simplement les faits qu’ils ont enregistrés ». Cette note renseigne sur deux éléments. Elle dévoile d’une part l’ampleur du tabou qui pèse alors sur la collaboration d’Etat menée par le régime de Vichy à travers la représentation après-guerre des forces de l’ordre – gendarmerie entre autres. D’autre part, elle soulève la problématique d’accès à ces sources institutionnelles, problématique engoncée entre raison d’Etat et enjeux de société. D’autant plus que les gendarmes ont été des témoins sans pareil qui ont enregistré quantités de faits sous l’Occupation – résistances entre autres. Les archives de la gendarmerie doivent être à ce titre interrogées : ce n’est pas se demander si l’histoire de la Résistance peut se faire à travers les archives de gendarmerie mais plutôt d’analyser quelle histoire de la Résistance est-il possible d’écrire par ce biais. Autrement dit, en sont-elles seulement des notes de bas de pages ou ne sont-elles pas, par ailleurs, des compléments d’objets voire un des sujets de l’histoire de la Résistance ?

Sylvain GREGORI (U. de Provence), “Une approche anthropologique de l’histoire de la Résistance en Corse : traitement et interprétation des sources”

Repenser un phénomène si complexe et multiforme que celui de la Résistance amène logiquement à examiner comment se constitue – ou s’est construit – le corpus de documents ayant été à la base de son interprétation traditionnelle. L’historiographie de la Résistance corse offre un exemple relativement précoce (dès la fin 1943) d’une écriture marquée par une lecture idéologique (celle des communistes) fondée sur la collecte de témoignages qui illustre, à travers la mise en avant d’individus, un processus d’héroïsation que l’on retrouvera ailleurs. L’ouvrage Tous bandits d’honneur !, paru en 1954, s’inscrit dans cette tendance lourde avec un arrière fond politique local et dans une ambiance de règlement de compte interne au sein de la fédération corse du PCF. Véritable « bible » historique et mémorielle, son contenu – pourtant peu objectif sur de nombreux points – n’avait jusqu’alors jamais été remis en cause. Le poids de cet ouvrage – œuvre d’un acteur dont on ne pouvait remettre en cause les écrits sans être politiquement incorrect – explique et illustre à la fois le blocage historiographique qui, depuis l’après-guerre, marque l’histoire de la Résistance insulaire. Une histoire vue uniquement sous l’angle politique et militaire – Résistance et Libération se confondaient étroitement – fondée sur un témoignage élevé au rang de source suprême au point de masquer une masse de documents d’époque plus importante que l’on ne pensait mais dont l’interprétation laisser à l’historien une liberté que la parole du témoin lui refusait.

Il convenait donc, dans la lignée de la dynamique historiographique impulsée dans les années 1980-1990, de revisiter le phénomène résistant dans toute la pluralité de ses formes et de ses sens. Il fallait faire éclater ces barrières mémorielles, politiques et parfois psychologiques, pour rendre compte d’un phénomène total : certes politique et militaire mais surtout social, anthropologique et culturel. Pour ce faire, il convenait non pas d’analyser la Résistance en elle-même mais plutôt à travers ses liens et ses interactions avec la société dans laquelle elle s’enracinait. C’était une des façons de démontrer et d’expliquer les éventuelles singularités du phénomène dans cette région tout en l’insérant dans une approche comparatiste avec d’autres régions périphériques françaises ou méditerranéennes. Bref, comment passer d’une « histoire de la Résistance en Corse » à une « histoire de la ou des Résistance(s) corse(s) » ? Comment passer de sources caractérisées par la subjectivité du témoignage de l’acteur à celles fondées sur l’objectivité du regard de l’historien ?

Pour ce faire, il était nécessaire d’inventer – au sens latin du terme – un corpus de sources puis de le passer au crible des démarches sociologiques et anthropologiques. Les sources produites par les autorités pétainistes, l’occupant italien et celles issues de la Résistance ont donc composé un fonds d’environ 400 cotes qu’une collecte d’une vingtaine de témoignages a permis de compléter. Si l’histoire politique offrait une première clé de compréhension « classique » quant au contexte insulaire par lequel la Résistance s’est affirmée comme un contre-pouvoir, l’approche anthropologique et sociologique permettait de dépasser cette interprétation – qui était pourtant elle-même une relecture – en prenant en compte des sources locales (rapport de brigades de gendarmerie, correspondances autorité préfectorale/maires, etc…) trop longtemps méprisées. Or, celles-ci apportent un éclairage particulièrement pertinent, du point de vue anthropologique et microhistorique, sur le processus d’apparition et de structuration d’une Résistance multiforme comprise avant tout comme un mouvement social, voire sociétal. Ainsi, le contenu de l’ouvrage Tous bandit d’honneur ! prend-t-il davantage d’intérêt comme source anthropologique – d’une richesse exceptionnelle du point de vue d’une résistance vécue au quotidien dans une Corse profondément rurale – que comme référence bibliographique scientifique pure. La société corse présente plusieurs typologies de Résistance(s) aux caractéristiques culturelles à la fois partagées et singulières. Les pistes de recherches qui ont guidé notre travail ont donc été des thématiques et notamment : la fonction sociale symbolique dévolue à l’engagement résistant de certains groupes sociaux, les modes d’expressions de la Résistance (chant, graffitis, etc…), son rapport imaginaire et réel avec les espaces insulaires, la dimension anthropologique et identitaire de la propagande résistante (représentation mentale de l’occupant italien, instrumentalisation de l’histoire locale dans une perspective de défense d’une corsitude menacée, etc…), intégration des cultures de solidarité familiale, communautaire et clanique dans le processus d’engagements collectifs et le fonctionnement de la Résistance organisationnelle, etc… Autant de formes et de sens du phénomène résistant trop longtemps demeurées dans l’ombre de l’histoire et qu’une relecture de sources renouvelées permettait d’explorer en ouvrant des pistes de recherche applicables à d’autres groupes, sociétés et territoires.

Cécile VAST (U. de Franche-Comté), “Presse clandestine et documents internes de mouvements : lectures croisées”

Sources privilégiées des monographies de mouvements de résistance, tantôt pour en retracer l’orientation politique, tantôt pour en restituer les stratégies d’action, les journaux clandestins et les documents internes répondent parfaitement au souhait exprimé par Henri Michel. Dans une approche très positiviste de ce type de documents, par ailleurs méfiant à l’égard des témoignages postérieurs à l’Occupation, il pensait en effet que les écrits clandestins étaient plus à même de contribuer à un « sec établissement des faits »[1]. Au-delà d’un usage strictement factuel, l’historiographie de la Résistance a, depuis, souligné la spécificité et le « surcroît de sens » de textes interdits qui disent aussi la singularité d’une expérience. La remarque semble aller de soi pour des journaux clandestins dont l’une des fonctions est précisément de donner à voir la Résistance. Elle est moins évidente pour les rapports d’activité, consignes et autres circulaires qui accompagnent et organisent l’action de résistance, dans un langage technique très éloigné des ressorts de l’imaginaire. Ce sont pourtant souvent les mêmes personnes qui rédigent des éditoriaux et adressent à leurs subordonnés ordres et directives.

Deux objectifs imbriqués ont structuré notre recherche ; la reconstitution d’un processus de construction identitaire modelé par l’expérience de la Résistance s’adosse à un cadre d’étude formé par l’ensemble des mouvements non communistes de la zone sud. Ce double questionnement, qui mêle l’histoire politique à une approche anthropologique et socio-culturelle de la Résistance, oblige à revisiter les grilles de lecture des écrits clandestins. Après un rapide aperçu des usages traditionnels de ces sources, il faudra ainsi revenir sur leurs fonctions, leur contexte, leurs conditions de production et de réception. Afin de limiter la part de l’intuition et de la subjectivité, ce travail sur le sens de l’événement et sur sa représentation nécessite en amont un traitement des sources qui passe notamment pas l’analyse lexicale et l’analyse de contenu. Presse clandestine et documents internes des mouvements témoignent en effet, dans leur registre spécifique, d’une conscience identitaire progressive et diversifiée, comme d’une vision partagée de la Résistance.


[1] Henri Michel cité par Laurent Douzou in La Résistance française : une histoire périlleuse, Seuil (Points), 2005, p. 172

_____________________________________________________________

Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression

 

Emmanuel CHEVET (Université de Bourgogne, Dijon), « La Résistance dans les yeux du gendarme : un trompe l’œil ? »

Force de l’ordre rural, l’originalité de la gendarmerie, c’est d’être une institution militaire séculaire disséminée sur l’ensemble du territoire en milliers de brigades dans les petites villes, les villages et l’arrière-pays, c’est-à-dire au cœur de la société civile. C’est pourquoi les gendarmes sont parfois comparés à des soldats ayant pris racine, autant stricts soldats de la loi que villageois faisant respecter l’ordre dans les campagnes. Le gendarme se situe donc au carrefour de l’Etat et de la société. C’est là que le bât blesse. Premier bémol : où se situe le gendarme ? Sa représentation de la Résistance est-elle celle de l’Etat ou sa représentation ne serait-elle pas plus populaire ? Second bémol : n’étant pas qu’agent de l’Etat, mais aussi un citoyen au milieu de ses concitoyens, ne se rapproche-t-il pas plus de la Résistance que d’autres agents de la répression ? Alors, n’étant pas que répression, sa représentation de la Résistance sera-t-elle stricto sensu celle de l’ennemi ? Troisième et dernier bémol : puisque officiant foncièrement en France rurale, le gendarme se retrouve essentiellement face à face avec le versant rural de la Résistance, les maquis ; pour quelle représentation tronquée de la Résistance ? Au final, la Résistance vue par la gendarmerie, dans ses archives, dans les yeux du gendarme, n’est-elle pas en trompe l’œil ?

Gaël EISMANN (Université de Caen, CRHQ), « Les représentations de la Résistance et des résistants par le MBF, 1940-1944 »

Le Militärbefehlshaber in Frankreich (Commandant Militaire en France, MBF) constitue l’une des pièces centrales du système d’occupation allemand en France. Il dispose, dans le territoire de son ressort[1], du monopole du « pouvoir exécutif » (vollziehende Gewalt) et y est donc seul responsable du « maintien de l’ordre et de la sécurité » jusqu’en juin 1942, date à laquelle il cède ses pouvoirs de police à la Sipo-SD. Il n’en retrouve pas moins un rôle de premier plan en matière de répression des oppositions à la fin de l’Occupation lorsque la Résistance commence à poser, aux yeux des Allemands, un problème de sécurité militaire.

La répression des Résistances, conduite par l’appareil militaire d’occupation, participe d’une stratégie globale de « maintien de l’ordre et de la sécurité » (Aufrechterhaltung der Ordnung und der Sicherheit), mise en avant de façon récurrente par les hommes du Majestic. Elle vise à juguler toute forme d’opposition à la puissance occupante et passe par une lutte sans merci contre tous ses ennemis, qu’ils soient réels ou supposés

La politique d’étouffement et de répression des oppositions à la puissance occupante confiée au MBF en juin 1940, de même que les représentations de l’ennemi qui présidèrent à sa conception, évoluent considérablement entre 1940-1944. Elles résultent d’une double logique, à la fois juridique et politique, fortement déterminée par un imaginaire combinant tradition militaire allemande et système de représentation national-socialiste. Elles se fondent sur une interprétation du contexte juridique de l’occupation, adaptée cependant à la perception du contexte international et de l’environnement politico-culturel en France occupée. A ces représentations de l’ennemi qui se superposent progressivement, mais partiellement seulement, les unes aux autres, répondent des dispositifs répressifs cumulatifs.

Dans un premier temps, les représentations de la Résistance et des résistants et plus largement des ennemis réels ou supposés à la puissance occupante résultent principalement, au sein du MBF, de visions et de pratiques antérieures à l’Occupation. Tout résistant est assimilé à un franc-tireur, ce qui se traduit par l’élaboration d’un arsenal répressif certes très sévère mais qui ne cible pas encore prioritairement les ennemis idéologiques du régime nazi. Cet arsenal répressif est par ailleurs manié avec une certaine prudence, les Résistants étant alors jugés largement inoffensifs pour la sécurité militaire allemande.

L’invasion de l’URSS par l’Allemagne, en juin 1941, bouleverse en profondeur la perception du fait résistant au sein du MBF. Dès lors, le résistant français n’est plus seulement criminalisé parce qu’il contreviendrait sournoisement au droit international. Il est également perçu à travers le prisme déformant du « judeo-bolchevisme », ce qui conduit à la radicalisation et au ciblage politico-raciste de la répression conduite par l’administration militaire allemande.

A partir de l’automne 1943 pourtant, lorsque les autorités militaires allemandes en viennent à considérer les actions de la Résistance armée non plus comme un simple problème policier, mais aussi et surtout comme un problème militaire, la figure du Juif terroriste – ou simple menace pour la sécurité de la puissance occupante –, de même que celle du terroriste communiste, qui occupaient depuis l’été 1941 une place centrale dans les documents militaires, n’apparaît plus guère, semble-t-il, dans les journaux de guerre des unités allemandes engagées en France, ce qui n’empêche pas la propagande allemande de continuer à l’exploiter. Tout civil étant désormais considéré comme un « terroriste » en puissance, la terreur touche dès lors des fractions de plus en plus larges de la population.

Cédric NEVEU (université de Caen), « “Traîtres au Reich et ennemis du peuple” : le BdS pour la Lorraine-Sarre-Palatinat et la destruction de la Résistance en Moselle annexée »

I. De l’Einsatzgruppen Lothringen au BdS pour la Lorraine-Sarre-Palatinat

S’inspirant du modèle des Einsatzgruppen der Sipo-SD (EG) – unités mobiles en charge de la sécurisation des arrières de la Wehrmacht – système ayant fait la preuve de son efficacité en Autriche, dans les Sudètes et en Tchécoslovaquie –, le RSHA met sur pied en avril-mai 1940 trois EG pour le théâtre d’opération Ouest : l’EG I Pays-Bas, l’EG II Lorraine et l’EG III Alsace. Les hommes sont rassemblés à Wiesbaden dans l’attente du déclenchement des opérations militaires. Intervenant dans une région destinée à être allemande, les fonctionnaires allemands doivent se comporter de manière correcte et avec compréhension vis-à-vis de la population autochtone. L’EG II n’entre officiellement en Moselle qu’à la mi-juillet 1940, après la remise des pouvoirs administratifs de la Wehrmacht à l’administration civile du Gauleiter Josef Bürckel. L’EG II, dirigé par l’Oberführer Anton Dunckern, est divisé en trois Einsatzkommandos (EK) mixtes mêlant Gestapo, Kripo et SD, soit à l’été 1940 environ 350 hommes et personnel administratif. Les trois EK s’installent dans les principales villes frontalières (EK 1/II Metz, EK 2/II Thionville et EK 3/II Sarrebourg) tandis qu’un Sonderkommando est détaché à Saint-Dizier pour le contrôle politique des rapatriés. Ces EK sont munies de listes d’arrestation visant les « ennemis de l’Etat », c’est-à-dire ceux ayant porté préjudice à la souveraineté de l’Allemagne depuis janvier 1933. Sont visés : policiers, mosellans ayant travaillé pour la BST, légionnaires allemands, antinazis allemands (notamment cadres du KPD enfuis après le rattachement de la Sarre en 1935), etc. La Kripo de son côté doit lutter contre la criminalité de droit commun et les asociaux tandis que le SD s’intéresse à l’état-d’esprit de la population. A partir d’octobre 1940, après la publication du dernier décret fixant les pleins-pouvoirs du Gauleiter Bürckel, l’EG II prend la dénomination de Befehlshaber der Sipo-SD (BdS) pour la Lorraine-Sarre-Palatinat. Si le BdS Alsace se calque intégralement sur le modèle en vigueur dans l’Altreich, le BdS pour la Lorraine-Sarre-Palatinat conserve une structure particulière, entre modèle de l’Altreich et schéma du BdS Frankreich, ce qui lui assure une certaine autonomie tant vis-à-vis du Gauleiter que du RSHA.

II. Le cadre géopolitique de l’annexion, facteur déterminant des représentations allemandes sur la Résistance

La Moselle n’est pas occupée mais annexée de fait, soumise au pouvoir d’une administration civile allemande – et non d’une administration militaire étrangère – histoire dont le régime de Vichy est exclu dès les débuts. Les Alsaciens et les Mosellans sont les seuls « Français » à vivre dans le cadre d’un état totalitaire : maillage de l’espace social par le parti nazi et ses multiples organisations, surveillance généralisée de la population notamment par l’outil de la délation érigée en devoir pour les autochtones, embrigadement massif notamment de la jeunesse, propagande investissant tous les espaces tant publics que privés, etc. Sur le plan répressif, l’intégralité du système coercitif nazi surveille étroitement la population et réprime brutalement les manifestations d’opposition mettant en danger la politique de germanisation et la nazification du Gauleiter. Ainsi, c’est la justice civile – et non militaire – et la Sipo-SD qui sont dès l’été 1940 les principaux acteurs des mesures coercitives prises en Moselle annexée. Ce cadre géopolitique spécifique a des répercussions sur l’appréhension de la Résistance – notion généralement définie par rapport à la France sous l’occupation – et sur les représentations qu’en ont les Allemands. En Moselle, le résistant n’appartient pas, dans la majorité des cas, à un mouvement ou un réseau de résistance reconnu. Le carcan policier, la surveillance draconienne de la nouvelle frontière restreignent les contacts avec les structures de la Résistance opérant en France qui trouvent très peu de points d’appuis dans les régions annexées. Ce sont donc des formes spécifiques de résistance qui se développent, sous la forme d’organisations fonctionnant en complète autonomie. En luttant contre ces organisations, le policier allemand n’est pas confronté à des patriotes d’une nation étrangère luttant contre un occupant mais à des membres de l’ethnie allemande, destinés dans un futur proche à rejoindre le Grand Reich allemand et qui en faisant acte de résistance à « l’ordre nouveau », se placent d’eux-mêmes dans la catégorie des traîtres à leur peuple et à l’Etat.

III. Les représentations de la Résistance par le BdS : traîtres et ennemis du peuple

La représentation de la Résistance par les Allemands en Moselle est similaire à la situation en Allemagne. Ceux qui s’opposent à l’ordre nouveau de manière organisée sont purement et simplement des criminels, des traîtres, des ennemis à leur peuple et à l’État national-socialiste. En outre, cette résistance est d’autant plus intolérable en Moselle qu’elle s’effectue dans une région frontalière, donc stratégique pour le Reich, de la part d’une population pour laquelle le nouveau régime fait preuve de « patience » dans le processus d’intégration au Grand Reich allemand. Comme dans le Reich, la répression est avant tout judiciaire : les résistants sont traduits devant des tribunaux pour être condamnés sévèrement. La Sipo-SD mène les enquêtes puis transmet les résultats de ces investigations à la justice. Ces jugements, le plus souvent largement commentés dans la presse, ont un rôle pédagogique. Les Mosellans, corrompus par vingt années d’influence française, doivent être informés et éduqués sur la nouvelle réalité national-socialiste et sur les risques encourus par ceux qui sont tentés de s’opposer à la germanisation forcée. Comme dans le Reich, la répression judiciaire est la règle dans les affaires de résistance, l’envoi en camp de concentration constituant l’exception. Nos recherches permettent d’établir une nomenclature des différentes formes de résistance et de la manière dont elles sont réprimées :

  • les filières de passeurs de prisonniers de guerre : des milliers de prisonniers détenus en Moselle (Stalag XII F de Forbach) ou en provenance du Reich tentent de passer la frontière pour rejoindre la France occupée ou la zone libre. Le démantèlement de ces organisations est la priorité pour la Sipo-SD pendant la période 1940-fin 1942 car elles alimentent en combattants potentiels les ennemis du Reich (le terme d’armée De Gaulle apparaît ainsi dans la documentation). En vertu d’un décret du 14 février 1941 du Chef de l’Administration civile Josef Bürckel, les membres des filières de passage relèvent du tribunal spécial pour la Lorraine (Sondergericht für Lothringen), tombant sous le coup du crime d’aide/assistance à prisonniers de guerre (Begünstigung von Kriegsgefangenen). Selon ce texte, les passeurs encourent de très lourdes peines de travaux forcés voire la peine capitale. Cependant, jusqu’à fin 1942, on remarque dans les peines prononcées et à la lecture des jugements, une échelle dans la sévérité du tribunal : la justice comprend en partie les motivations humanitaires des passeurs voulant venir en aide à des soldats français, peuple auxquels les Mosellans faisaient encore partie il y a peu. Le tribunal reconnaît un temps d’adaptation nécessaire et se montre relativement clément. Alors que la situation militaire allemande se dégrade, cette compréhension disparaît pour laisser place à une application rigoureuse des textes. Un autre élément révélateur des représentations qu’ont les policiers allemands est l’extrême sévérité dans les peines et le mépris affiché dans les pièces de procédure  à l’encontre des passeurs qui se font rémunérer pour les passages, la police et la justice nazie considérant ce « moyen de gagner de l’argent » comme une circonstance aggravante.

 

  • les filières d’aide aux réfractaires et déserteurs au service militaire dans la Wehrmacht. En août 1942, le service militaire obligatoire est introduit en Moselle annexée. Devant l’insoumission grandissante de milliers de jeunes gens, des passeurs prennent en charge leur exfiltration vers la France occupée. Pour ces passeurs, point de compréhension ou de circonstances atténuantes, surtout avec la dégradation de la situation militaire. Jusqu’à l’automne 1943, le tribunal spécial frappe avec la plus extrême sévérité. Les résistants sont considérés comme des traîtres, des ennemis du peuple et de l’Etat qui mettent en danger la « capacité de défense du peuple allemand » et sa « volonté de combattre » (Zersetzung der Wehrkraft). En soustrayant de jeunes Mosellans à leur devoir, au moment où le Reich en a le plus besoin, ces passeurs mettent en péril la victoire finale du Reich et donc son existence même. Les procès de ces organisations sont interrompus à partir de septembre 1943. En vertu d’accords entre Bürckel et Himmler, destinés à mettre un frein à l’insoumission des Mosellans, les passeurs reconnus coupables d’aide à des réfractaires ou des déserteurs sont systématiquement transférés en camp de concentration, Natzweiler pour les hommes et Ravensbrück pour les femmes.

 

  • Les groupes pratiquant le renseignement, l’espionnage, la propagande politique, sont considérés comme au service de « puissances étrangères ennemies » qu’ils s’agissent des Alliés ou de la France libre. Accusé de haute-trahison (Hochverrat), d’espionnage (Spionage), ils relèvent alors des plus hautes juridictions du Reich à savoir le tribunal du peuple et le tribunal de guerre du Reich. Par exemple, les membres de l’Espoir Français, groupe de renseignement messin en contact avec le réseau Uranus-Kléber de Nancy, démantelé à l’été 1941, sont traduits en septembre 1942 devant le tribunal du peuple siégeant à Zweibrücken. Les résistants du groupe Derhan, coupable de propagande pro-gaulliste, sont jugés en novembre 1944 devant ce tribunal à Bayreuth. En Moselle, les filières ayant aidé des aviateurs ou des soldats appartenant à des puissances alliées connaissent le même destin, systématiquement transférés dans l’Altreich pour comparaître devant ces juridictions d’exception.

 

  • Enfin, la dernière catégorie est celle de l’action armée, la plus dangereuse pour la police allemande et qui nécessite des mesures exceptionnelles. C’est le cas du groupe « Mario », principale organisation de résistance en Moselle d’obédience communiste. La Gestapo décide pour l’anéantir de créer une section spéciale interne à ses services (le Kommando Käppel ou section « Sabotage et explosifs »), disposant de pouvoirs étendus, et d’un camp d’internement crée spécialement à cette occasion (le SS-Sonderlager Queuleu). Ces mesures s’avèrent nécessaires puisque le groupe « Mario » s’est rendu coupable d’actions armées (déraillement, meurtre d’un policier de la Gestapo) et de prosélytisme politique pour le Parti communiste. Il semble que le projet initial était de juger les résistants lors d’un vaste procès-spectacle (comme les communistes alsaciens) mais devant l’ampleur des arrestations (environ 800), le Kommando Käppel, décide l’envoi systématique des membres du groupe au KL Natzweiler. Les principaux chefs sont transférés dans des prisons puis devant l’impossibilité de les juger, au KL Auschwitz. La mesure d’exception, la détention en camp de concentration, devient la norme dans le cadre spécifique d’une résistance communiste capable du passage à des actions armées. Pour les policiers allemands, c’est bien l’action armée qui est le facteur déterminant. Ainsi, des communistes allemands réfugiés en Moselle pendant les années 30 et reconnus coupables de distribution de tracts, ne sont pas envoyés en camp mais traduits devant le tribunal du peuple. Cette répression acharnée de toute forme de résistance armée se manifeste pour d’autres groupes comme la filière Marilou dont tous les membres sont envoyés en camp de concentration après qu’un policier allemand ait été blessé par balle lors du démantèlement du groupe.

A partir de l’été 1944, la représentation de la résistance évolue. La thématique de la « lutte contre les bandes » et la figure du « terroriste », jusque-là totalement absentes de la rhétorique répressive en Moselle, surgissent dans la documentation. L’arrivée dans les états-majors de policiers allemands ayant opéré sur le front de l’Est dans les Einsatzgruppen ne semble pas étrangère à cette évolution. A l’été 1944, la Sipo-SD est en effet confrontée à un climat d’insécurité grandissant alors que les vastes forêts mosellanes foisonnent de réfractaires, de déserteurs, de PG slaves souvent armés. Si les filières de passage et la résistance communiste ont été décimées les mois précédents, ces petits « maquis » – soutenus par la population locale – n’hésitent pas à faire le coup de feu contre les satrapes du parti et les représentants de l’administration civile. La réponse du BdS est la mise sur pied d’un Sonderkommando de « chasse » dirigé par le commissaire Philipp Mehl tandis que les opérations de représailles contre les familles d’insoumis au service militaire sont institutionnalisées. Composé d’une quarantaine d’auxiliaires slaves, de policiers de la Kripo, d’agents d’infiltration mosellans, cette unité développe entre juin et août 1944 une stratégie cynégétique : repérage des groupes, encerclement de la zone délimitée puis battue. Il s’agit pour la Sipo-SD de nettoyer la frontière du Reich des « partisans » alors que la progression alliée fait du Gau Westmark, la première ligne de défense du territoire du Reich à l’Ouest. A la veille de la bataille de la Moselle, une grande partie des groupes de résistance ont été démantelés.

Avec le siège de Metz, dans un contexte de combat pour la défense du territoire du Reich, la Sipo-SD revient à son modèle de 1940. Kripo, Gestapo et SD fusionnent de nouveau en Kommandos mobiles, opérant en arrière de la zone de front pour sécuriser les arrières et lutter contre les « terroristes » potentiels ou supposés. Les résistants arrêtés sont systématiquement transférés en camp de concentration tandis que les exécutions après jugement expéditif ou sans jugements se multiplient.

Laurent THIERY (université de Lille 3, Fondation de la Résistance), « Administration militaire et magistrature allemandes de l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille : images et appréhensions de l’opposition (1940 – 1944) »

En juin 1940 s’installe à Lille une administration militaire allemande chargée de l’occupation des deux départements français du Nord et du Pas-de Calais qui forment alors l’Oberfeldkommandantur 670 (OFK 670). Contrairement à la situation des autres régions occupées de France (hors Alsace-Moselle annexée et zone libre), celle-ci ne dépend pas du Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) établi à Paris mais du Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich (MBB) de Bruxelles. Conscient des spécificités de cette OFK, en l’occurrence seule partie française de son ressort, le MBB confère une plus large autonomie au commandant militaire qu’il nomme à Lille. Dans les faits, imposant un système profondément autarcique et autoritaire, l’occupant y accapare l’essentiel de la répression de toutes les formes d’opposition qu’elles aient trait au maintien de l’ordre et de la sécurité ou aux enjeux économiques de l’Occupation. Cette situation de fait évolue peu jusqu’à la Libération. En conséquence, les tribunaux militaires allemands forment le pivot de la répression des atteintes à l’autorité allemande et donc de la Résistance sous toutes ses formes. Dans la très grande majorité des cas, les arrestations conduisent à un jugement en territoire occupé, ou à partir de 1942, à un transfert en Allemagne vers des prisons de détention préventive dans le cadre de la procédure Nacht und Nebel pour un jugement par les tribunaux spéciaux. La situation est donc bien différente de celle du MBF où, à partir de l’été 1942, la répression prend une voie principalement extrajudiciaire dirigée par la SS.

L’appréhension de la Résistance et de l’opposition par l’occupant apparaît intimement liée aux spécificités de cette zone d’occupation allemande : à son histoire, à sa position géographique stratégique, aux particularités du régime d’occupation, à l’action de ses services répressifs ou, enfin au statut politique futur envisagé pour l’après-guerre. Souvent présentés comme le théâtre d’une Résistance particulièrement précoce, les départements du Nord et du Pas-de-Calais concentrent en effet une activité importante d’opposition : aide apportée aux soldats anglais de 1940, filière d’évasion de pilotes, bastion de la lutte armée communiste à partir de juin 1941, puis théâtre majeur des réseaux d’espionnage et préparation des combats de libération avant le débarquement en sont les principaux catalyseurs ou enjeux. Stratégique pour les Alliés, la zone l’est aussi pour les Allemands économiquement et militairement justifiant le déploiement massif de troupes et d’un appareil répressif particulièrement dense et actif.

En tant qu’acteurs de premier ordre de la répression, l’administration militaire de Lille et les magistrats des tribunaux qui y sont attachés élaborent leur propre image de la Résistance. La répression judiciaire présente dans ce cadre un volet dissuasif majeur répondant à la politique générale de maintien de l’ordre et de la sécurité. Dès lors, quelles images impriment Oberfeldkommandanten et magistrats des tribunaux militaires allemands sur les auteurs de ces actes ? Comment en outre s’opère la distinction du point de vue de l’occupant, entre criminalité et Résistance ? Pour répondre à ces interrogations, il s’agira tout d’abord, d’examiner la question des liens entre la formation des images de l’opposition avec les particularités propres à la zone pour ensuite analyser ces différentes représentations et leur évolution avant de terminer par un exemple concret, celui de l’appréhension spécifique par les magistrats allemands de l’activité d’aide aux soldats anglais restés sur le sol depuis 1940.


[1] L’autorité du MBF, ne s’exerce pas sur l’ensemble du territoire occupé français. Au Sud-Est, les Italiens ont obtenu une zone d’occupation frontalière, limitrophe de leur propre territoire. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont rattachés à l’administration militaire allemande de Bruxelles. Enfin, l’Alsace-Lorraine est annexée, de facto, au Reich. Le territoire du ressort du MBF couvre donc, dans la première phase de l’Occupation, un peu moins de 283 000 km2 rassemblant environ 23 millions d’habitants, avant de s’étendre progressivement, mais partiellement seulement, à la zone Sud, après son invasion par les troupes allemandes en novembre 1942. Cette zone d’occupation principale, qu’on nommera généralement, par commodité de langage, zone Nord ou zone occupée, est elle-même traversée par une ligne de démarcation. En son sein, une « zone interdite » – située au Nord d’une ligne allant de l’estuaire de la Somme jusqu’au Jura – a en effet été isolées et fermées au passage comme au retour des personnes qui avaient fui les combats pendant l’été 1940.

_____________________________________________________________

L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance

Sébastien ALBERTELLI, « Répression et organisation de la Résistance : un point de vue londonien. Retour sur les débuts de la mission de Jean Moulin »

Il est communément admis que le général de Gaulle a nommé Jean Moulin délégué général du Comité national en Zone non occupée en décembre 1941. Cette hypothèse paraît pourtant peu probable. Elle contredit en effet ce que l’on sait, d’une part, de la manière dont les dirigeants londoniens appréhendaient à cette date la répression menée en France par l’ennemi et, d’autre part, du type d’organisation clandestine que ces dirigeants privilégiaient alors pour faire face à cette répression. Mon propos s’organisera en cinq temps :

Il s’agira tout d’abord de mettre en lumière les choix et les contraintes qui conduisent les services londoniens à opter, sur le terrain, pour mode d’organisation centralisé ou au contraire décentralisé : la gestion du temps qui varie en fonction du stade de développement de l’organisation et du sentiment d’urgence ; l’équilibre des forces, variable, entre les projets élaborés à Londres et les modes d’organisation conçus sur le terrain, qui n’abordent pas de la même manière la question de la répression ; la priorité, militaire ou politique, de l’action engagée qui, elle aussi, conduit à aborder différemment la question de la répression. Au moment où Jean Moulin arrive à Londres, en octobre 1941, la logique qui domine les services est clairement celle d’une organisation décentralisée, tant pour l’action militaire, bien engagée, que pour l’action politique, encore balbutiante. L’arrivée de Jean Moulin aurait-elle précisément bouleversé la donne au point de rallier les responsables londoniens à l’idée d’une centralisation de l’action autour d’un délégué unique pour la Zone non occupée ? De nombreux éléments permettent d’en douter. Il apparaît au contraire que la centralisation est un processus qui s’impose sur le terrain, entre janvier et août 1942, à un moment où une logique politique s’impose, qui conduit à faire passer au second plan des préoccupations l’épée de Damoclès que constitue la répression. Il conviendra de déterminer les causes de cette évolution majeure. En juin 1943, l’arrestation du général Delestraint et celle de Jean Moulin confirment, bien plus qu’elles ne révèlent, que les choix en matière d’organisation opérés au cours des mois précédents exposaient sans doute de manière excessive le dispositif clandestin aux coups de la répression. Si, en apparence, il s’ensuit un retour incontestable aux principes de la décentralisation, gage d’une meilleure protection face à la répression, la question continue de partager responsables politiques et militaires jusqu’au débarquement.

Catherine LACOUR-ASTOL, « Répression et solidarités résistantes : le cas des femmes du Nord »

Le renouvellement de l’histoire de la Résistance impose la vision d’une Résistance sociale, nébuleuse formée tant des résistants actifs engagés au sein des différentes organisations que des soutiens qu’ils rencontrent au sein de la population. Il pose donc la question de la solidarité rencontrée par les résistants, indispensable à l’action clandestine comme à sa survie face à la répression. Or, bien que les témoignages des résistants aient rendu un hommage appuyé à ceux qui autorisèrent leur activité clandestine, bien que les textes officiels instituant la reconnaissance de l’engagement résistant aient pris en compte ce soutien apporté à la cause résistante, la question de la solidarité est encore peu visitée par les historiens.

Cette communication se propose d’en faire un angle d’attaque privilégié pour interroger les relations entre Résistance et répression, en conférant à la solidarité sa dimension plurielle : « au cœur des relations entre les résistants[1] », elle est aussi un lien tissé entre le monde résistant et ses marges protectrices. La part des activités d’assistance dans la résistance féminine, comme l’importance que leur a d’emblée conféré l’occupant, suggèrent l’intérêt d’une approche par le genre. Le cadre géographique dans lequel s’inscrit l’étude (le département du Nord) est singulier. Partie intégrante de la zone rattachée à l’administration militaire de Bruxelles (MBB), le Nord demeure une zone de conflit pendant toute la durée de l’occupation. La présence de nombreux soldats anglais restés sur le territoire, les mémoires de la première longue occupation (et particulièrement celle de comportements féminins, résistants avant la lettre), la densité des forces répressives et la précocité de la Résistance, en font un laboratoire privilégié pour l’étude sexuée des relations entre répression et Résistance.

Quelles solidarités suscite la répression de l’engagement résistant et quel rôle les femmes y jouent-t-elles ? Peut-on établir un lien de continuité entre les actions de sauvetage développées dès l’été 1940 au profit des soldats anglais et l’aide apportée aux clandestins à mesure de la mise sur pied des organisations résistantes ? Enfin, la notion de responsabilité collective qui fonde la répression conduite par les autorités allemandes soulève aussi la question de la solidarité au sein de la famille, et donc celle du rôle complexe de ce premier cercle protecteur dans la société résistante.

Emmanuel Debruyne, “Du souvenir de la répression allemande de 1914-1918 à l’engagement résistant de 1940-1944 : le cas belge”

La Belgique occupée de la Grande Guerre a vu naître sur son sol un phénomène résistant « avant la lettre ». Cette première expérience résistante n’a pas pris la forme de la résistance armée et ne s’est pas organisée en mouvements, mais elle a engendré de nombreux réseaux, spécialisés dans le renseignement, la presse clandestine, l’aide à l’évasion ou le passage de correspondance. L’occupant n’a pas manqué de combattre cette opposition clandestine et d’en organiser la répression judiciaire. Des milliers de patriotes ont été arrêtés par les polices secrètes et jugés par les tribunaux militaires. La peine de mort est d’application pour les cas les plus graves ou les plus flagrants. Au total, 274 patriotes sont exécutés en Belgique et en France. Les autres sont déportés en Allemagne pour y subir des peines de travaux forcés. Les conditions de vie des bagnes allemands sont particulièrement pénibles, et parfois fatales.

Dès 1919, la guerre clandestine donne naissance à toute une littérature patriotique et, souvent, pieuse. Les « résistants » exécutés y occupent une place de premier plan. Le caractère édifiant de leurs derniers moments et de leurs écrits ultimes occultent bien souvent les raisons de leur exécution. La composition des manuels scolaires, l’érection de monuments et la célébration de cérémonies funéraires puis commémoratives participent à leur inscription dans le panthéon national. Gabrielle Petit, fusillée à 22 ans pour espionnage, fait figure d’héroïne nationale, tandis que d’autres fusillés font l’objet d’un culte plus local. Certains milieux porteront cependant davantage que d’autres cette mémoire. Le monde catholique francophone jouera en la matière un rôle de premier plan.

Lorsque la guerre et l’occupation semblent se rejouer une seconde fois en 1940, elles sont en partie perçues et interprétées à travers le prisme de ces souvenirs de 14-18, qui ont marqué la vie des aînés et baigné l’éducation des plus jeunes. Si bien que c’est en partie portés par l’épopée sacrificielle de leurs prédécesseurs que de nombreux résistants feront leurs premiers pas en clandestinité.

Johanna BARASZ, « Le rôle de la répression dans les métamorphoses des vichysto-résistants »

Sur les parcours qui mènent de Vichy à la Résistance, la répression est souvent une étape majeure de la métamorphose. A l’été 1941, Cochet, Loustaunau-Lacau, Faye et Groussard sont internés tandis que La Laurencie est surveillé de près par l’appareil répressif de l’Etat Français.

Témoignage de l’impossibilité d’une “troisième voie” (VERGEZ-CHAIGNON, Le docteur Ménétrel, p.157), les sanctions qui se multiplient à l’encontre des vichysto-résistants attestent de l’évolution du regard de Vichy sur ces patriotes antiallemands qui prétendent servir le régime en s’affranchissant de ses règles. En les rejetant en marge, l’Etat français signifie son refus de les accepter en son sein. La surveillance, l’arrestation, la prison introduisent ainsi une fracture entre les hommes qui, tout en souhaitant la reprise du combat contre l’occupant, demeurent au service de l’Etat et ceux qui commencent à rechercher dans la dissidence les voies de la Libération.

En outre, en mettant à mal les mythes consubstantiels de leur identité – la fidélité à la « pensée intime » du Maréchal, la dissociation entre ce dernier et son gouvernement… – la répression contribue à un réagencement des valeurs, des principes, des convictions et des relations des vichysto-résistants. Ainsi, en amenant à clarifier les positions, la répression limite le champ des possibles à Vichy. Elle produit cependant des effets contrastés sur les individus et les organisations. Si, sous les coups du gouvernement, certains voient leurs priorités modifiées et choisissent résolument leur camp, tous n’intègrent pas mécaniquement l’opposition et la résistance.

Nous verrons donc d’une part comment l’identification progressive de la menace représentée par les vichysto-résistants – une menace qui pèse essentiellement sur la légitimité de l’Etat et du gouvernement – conduit à la répression, et d’autre part, notamment à travers l’exemple du général Cochet, comment cette répression contribue à la construction identitaire des vichysto-résistants et à leur basculement.

Jean-Pierre BESSE et Thomas POUTY, « Les fusillés, des martyrs de la Résistance ? Construction identitaire du héros (1940-1944) »

Le martyr est un individu qui a mis sa vie en jeu pour une cause dépassant sa propre personne. Sa vie n’a guère d’importance au regard de la cause pour laquelle il se bat. Pour ceux et celles qui partagent le même idéal, le martyr est donc bien un héros, un exemple de dévouement.

A la question posée, « les fusillés, des martyrs de la Résistance ? », la réponse est évidemment « oui ».

Reste à démêler l’écheveau de la construction identitaire de cette héroïsation qui, dans le cas des fusillés durant l’Occupation, fut extrêmement précoce. On pourrait même parler dans ce cas de figure d’une « mémoire immédiate ». La Résistance intérieure, qui subit, pour l’essentiel, de plein fouet ces pertes humaines, en est l’élément moteur. Mais d’autres acteurs ont joué un rôle certain, à différents degrés, dans cette construction identitaire : les résistants de la France Libre via les ondes de la BBC, mais également celui sans qui le martyr ne peut se justifier, l’occupant. Bourreau, celui-ci est aussi victime de sa propre propagande autour des fusillés, censée domestiquer l’opinion publique.

L’héroïsation des fusillés est en définitif au cœur d’un jeu de propagande et de contre-propagande, chacun tentant d’imposer sa propre vision – parfois fantasmée ?– des victimes.

Cette communication se propose d’étudier plus précisément quels furent les éléments constitutifs de l’héroïsation des fusillés durant l’Occupation, ses acteurs, mais également les formes prises pour témoigner du martyr de ces résistants. Le terme lui même de « fusillés » qui, selon les moments et les acteurs, sert à qualifier des situations variées, sera au centre de la réflexion.


[1] Jacqueline SAINCLIVIER, article Solidarité, in François MARCOT, Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 982.

 

© Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance