Répression et Résistance : bilan de deux journées d’études (Rennes, Dijon)

Carte des internés, déportés, fusillés, victimes civiles dans le Doubs établie en 1973 par M. & Mme Mercier, correspondants départementaux du Comité d'Histoire de la 2ème Guerre Mondiale © Musée de la Résistance et de la déportation de Besançon

Au cours de l’année 2010-2011, le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance a organisé deux journées d’études complémentaires sur le thème « Répression et Résistance ». La première, « Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression », a été accueillie à l’université de Rennes 2 par Jacqueline Sainclivier le 4 janvier 2011. La seconde, accueillie par Jean Vigreux et Serge Wolikow, s’est déroulée le 8 juin dernier à Dijon dans le cadre du PRES associant les universités de Bourgogne et de Franche-Comté, et a porté sur « L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ».

La journée d’études de Rennes, « Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression » avait pour objectif d’analyser les regards portés par les différents organismes et dispositifs répressifs de l’Occupant et de Vichy sur la Résistance, en intégrant les dimensions chronologiques (évolution des représentations), géographiques (spécificités régionales) et en variant les échelles. L’entrée « acteurs de la répression » a été ici privilégiée : le Militärbefehlshaber in Frankreich, la Sipo-SD, les différents services vichystes (polices « classiques », exceptionnelles créées durant l’Occupation, gendarmerie, Préfecture de police parisienne, Surveillance du territoire, etc.). Ces regards portés sur la Résistance répondent à la fois à des visions et à des pratiques antérieures à l’Occupation, qui évoluent durant celle-ci, et à une analyse « de terrain » de la Résistance entre 1940 et 1944. Il a donc fallu donner les « définitions de l’ennemi » (ce qui élargit ou restreint la définition de la Résistance), de préciser comment elles se forgent et comment elles évoluent, pour présenter un rapide tableau de la répression de la Résistance.

Le point de vue retenu à Dijon (« L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ») fut à la fois différent et complémentaire de celui de la première journée, puisqu’il s’agissait de se situer du côté de la Résistance et de ses acteurs. La répression, qu’elle soit exercée par les occupants ou par les services de Vichy, constitue en effet une composante essentielle de l’identité de la Résistance. Elle a nourri dès la clandestinité un imaginaire puissant. En prenant en compte des variations de la chronologie et la diversité des situations géographiques, les communications se sont intéressées au poids de la répression dans la construction et la structuration de la Résistance (en quoi la répression modifie-t-elle les comportements des résistants, les conditions de la clandestinité et les modalités de leur combat ?), à la répression comme expérience singulière, comme horizon d’attente et comme vécu, au devenir des résistants après leur arrestation puis en prison. Les communications devaient s’attacher à analyser les conséquences de la répression sur la construction de la Résistance, en termes d’organisation et / ou en termes d’identité. La discussion a pu notamment porter sur le poids et les conséquences de la répression sur le fonctionnement des organisations de résistance (arrestations, démantèlement, adaptation, cloisonnement et hiérarchie des services, mise en place de solidarités, etc.). Il s’agissait également de revenir sur l’expérience de la répression comme marqueur identitaire de la Résistance, de saisir la place de la répression dans le légendaire résistant (expérience de la prison, martyrologe, horizon d’attente, rapport à la mort, etc.).

Du côté des acteurs de la répression, les intervenants de la journée de Rennes (Emmanuel Chevet, Gaël Eismann, Thomas Fontaine, Cédric Neveu, Philippe Souleau et Laurent Thiery) ont démontré la richesse d’une comparaison entre les situations géographiques et la nécessité de tenir compte de la diversité des acteurs. De multiples facteurs, à la fois culturels, géopolitiques et conjoncturels, entrent en jeu dans la construction des représentations de la Résistance : les dispositifs répressifs ; les idéologies à l’œuvre et les objectifs des acteurs de la répression ; l’état de l’opinion et l’attention portée aux comportements de celle-ci ; l’évolution de la guerre.

Le statut géopolitique des territoires a été abordé par des études de cas sur la Moselle annexée (Cédric Neveu), le Nord-Pas-de-Calais rattachée au commandement allemand de Bruxelles (Laurent Thiery), la région de Bordeaux (Philippe Souleau), ou cet espace d’intervention privilégié des gendarmes que constituent les zones rurales (Emmanuel Chevet). La grande diversité des lieux, des échelles et des statuts territoriaux explique en partie les distinctions opérées par les acteurs de la répression dans leur lutte contre les résistants. À cet égard, la dimension culturelle est également essentielle ; Gaël Eismann a insisté sur la part de l’imaginaire dans la tradition militaire et la culture ordinaire des officiers de la Wehrmacht, du conditionnement idéologique et des conceptions juridiques à l’œuvre dans les représentations de l’ennemi. Thomas Fontaine, Laurent Thiery, Emmanuel Chevet et Cédric Neveu, en rappelant l’intérêt de la prosopographie appliquée aux acteurs de la répression (conditions de recrutement, reconstitution des trajectoires, micro-histoire des brigades), ont mis en exergue le poids des cultures et des diverses traditions, militaires, juridiques, policières. La perception du danger, tant dans sa qualification que dans son anticipation, influe également sur les représentations de la Résistance (Cédric Neveu, Gaël Eismann). La question de l’environnement social a traversé plusieurs communications ; en Moselle, dans le Nord-Pas-de-Calais, en zone occupée comme en zone sud, les acteurs de la répression (Allemands et Français) accordent une attention toute particulière à l’état de l’opinion et aux comportements de la population, et s’interrogent sur les conséquences de la « publicité » faite aux opérations de répression. Les interventions ont montré la nécessité de croiser les chronologies et les temporalités, de raisonner autant sur le long terme (souvenirs de 1870, de la Grande Guerre et de la campagne de 1940) que sur la conjoncture et la portée des événements de la guerre (attentats, invasion de l’URSS, perspective du débarquement). Enfin, les mots, la façon de dire et de nommer l’ennemi reflètent aussi, à leur manière, les représentations de l’idée et des formes de lutte de la Résistance par les acteurs de la répression. La sémantique intervient dans la reconnaissance, la dépréciation ou la négation de l’ennemi.

Quant aux conséquences de la répression sur la construction de la Résistance, les communications présentées à Dijon (Sébastien Albertelli, Catherine Lacour-Astol, Emmanuel Debruyne, Johanna Barasz, Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty) ont davantage insisté sur les aspects organisationnels. Paramètre pris en compte par les autorités de la France libre et le BCRA, comme l’a montré Sébastien Albertelli, la répression oblige les organisations de résistance à une adaptation de tous les jours pour maintenir leur survie. À travers l’analyse des solidarités féminines et familiales dans le Nord, et en étudiant la dimension sociale de la répression, Catherine Lacour-Astol a prouvé toute la valeur heuristique d’une approche socio-culturelle de la Résistance.

Faute de temps, certains aspects n’ont pu être abordés au cours de ces deux journées d’études. La question des représailles collectives exercées contre les populations civiles au printemps et à l’été 1944, dont l’histoire reste à faire et le bilan d’ensemble à établir, a joué un rôle essentiel dans la façon dont se construit la vision de la Résistance à l’été 1944, en structurant déjà sa mémoire. Par ailleurs, il faudrait également s’interroger sur la fonction et le statut de la répression dans la mémoire et l’écriture de l’histoire de la Résistance. D’autres thèmes pourraient être davantage approfondis : l’expérience de la prison, la notion de prises de risque et le rôle des conséquences de la répression dans les stratégies des mouvements et des réseaux, les résistants pensés non comme seules victimes mais aussi comme acteurs de la répression, la conception et les pratiques de la répression dans le cadre de l’épuration, etc.