Autour de la Résistance et de la France occupée (1940-1944) : quelques publications récentes

Soutenances de thèses et colloques universitaires ont donné lieu ces deux dernières années à de nombreuses publications. Pour ce qui concerne les chercheurs du CH2R, nous proposons ci-après la présentation d’une sélection d’ouvrages et d’essais publiés depuis 2009.

 

Sébastien ALBERTELLI, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA. 1940-1944, Perrin, 2009

« Quelles furent les véritables relations de de Gaulle avec le Bureau Central de Renseignement et d’Action ? Quels furent le rôle exact et l’influence de ce service pendant la Seconde Guerre mondiale ? Le B.C.R.A mérite-t-il la légende noire qui l’accompagne ?  Pour une poignée de Français, la guerre ne s’arrête pas avec l’armistice de 1940. Mais la continuer est un pari audacieux quand manquent les moyens humains, financiers et matériels. Tout ou presque est à inventer. C’est dans cet esprit qu’à Londres le colonel Passy organise le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA). Son objectif est triple : recueillir des renseignements sur ce qui se passe en France, soutenir les résistants de l’intérieur dans leur combat, puis imposer à ceux-ci une tutelle souvent fort mal acceptée. Grâce à des fonds d’archives exceptionnelles – 600 cartons du BCRA, celles du SOE britannique et de l’OSS américaine -, Sébastien Albertelli retrace l’aventure de ces personnages hors du commun : le colonel Passy, le colonel Rémy, Jean Moulin, Pierre Brossolette, Roger Wybot (futur patron de la DST), André Manuel, Pierre Fourcaud ou Honoré d’Estienne d’Orves. Il détaille les relations compliquées et fluctuantes entre le général de Gaulle et les services secrets, étudie les rapports tumultueux du BCRA avec les Anglais ou les Américains et démonte la légende noire qui s’est tissée autour du BCRA. Son travail minutieux, qui fourmille d’informations inédites, permet de comprendre comment la toile d’araignée des services spéciaux français a mené la lutte contre les Allemands et Vichy. » (Quatrième de couverture, Éditions Perrin).

Sébastien ALBERTELLI, Atlas de la France libre, Autrement, 2010

« La France Libre est longtemps apparue comme un bloc presque immuable : non seulement le général de Gaulle en avait lui même gravé la geste dans le marbre de ses Mémoires de guerre, mais des gardiens sourcilleux veillaient à préserver le Mythe. Depuis une quinzaine d’années, elle a toutefois fait l’objet de travaux qui en ont profondément renouvelé la compréhension : sans rien retirer aux mérites des combattants, sans qui les projets du général de Gaulle seraient restés lettre morte, ceux-ci ont mis l’accent sur la dimension essentiellement politique qu’a revêtue l’aventure de la France Libre. Le caractère extrêmement réduit de ses troupes à l’échelle d’une guerre planétaire et l’exiguïté des territoires placés sous son autorité attestent qu’en définitive son importance historique réside avant tout dans la réalisation d’un espoir fou : à partir de rien, ou pas grand-chose, incarner la France, insoumise, et reconstruire un Etat dont l’autorité et la souveraineté seraient reconnues par les Français et par leurs alliés. Le plus souvent inédits et réalisés à partir des recherches les plus récentes, les cartes et graphiques qui composent cet atlas offrent une lecture originale et vivante de cette épopée que fut la France libre. » (Quatrième de couverture, Éditions Autrement)

Julien BLANC, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme (1940-1941), Seuil, 2010

« Eté 1940. Dans un pays assommé par la débâcle, les premières manifestations du refus de l’occupant s’ébauchent dans Paris, en particulier au musée de l’Homme. Des noyaux de résistance naissent. Par contacts successifs, une nébuleuse rassemblant des groupes divers se développe et se lance dans des actions variées : propagande, évasion, renseignement.Disséminée géographiquement, socialement et idéologiquement variée, cette désobéissance pionnière est rapidement en butte à une répression féroce. Ses principaux chefs de file, le linguiste Boris Vildé et l’anthropologue Anatole Lewitsky, sont jugés et exécutés en février 1942.Comment cette première Résistance s’est-elle structurée ? Quelles ont été les motivations et les profils de ses membres? La répression a-t-elle irrémédiablement décimé les groupes qu’ils avaient mis sur pied ? Comment enfin l’histoire et la mémoire de ces éphémères constructions se sont-elles articulées de 1942 à nos jours ?Dans ce livre, Julien Blanc présente à la fois l’histoire singulière d’une organisation de Résistance et un essai sur les premières formes de la désobéissance en zone occupée. » (Quatrième de couverture, Éditions du Seuil)

Laurent DOUZOU (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Presses universitaires de Rennes, 2010

« Dès la Libération, « faire l’histoire de la Résistance » a été perçu comme une tâche posant des problèmes spécifi ques aux historiens. On ne peut comprendre les vicissitudes d’une historiographie à la fois riche
et complexe sans prendre en compte les moyens mis en oeuvre pour faire face à ce défi , et notamment les travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, qui pilota jusqu’en 1980 la plupart des travaux menés sur la Résistance. Pionnier par le recours aux enquêtes orales, unique par l’utilisation d’un réseau de correspondants régionaux, anciens résistants pour beaucoup, ce Comité est le signe le plus visible d’un phénomène plus général : l’implication des résistants et de leurs associations dans l’historiographie de la Résistance. Celle-ci a donc été dès l’origine au coeur de questions aujourd’hui ressassées : la relation conflictuelle entre histoire savante et mémoire individuelle et collective, la possibilité même d’une histoire du temps présent, les risques d’une histoire officielle – sachant que le Comité n’en était pas moins animé et piloté par des historiens professionnels, et non des moindres puisque Lucien Febvre en fut le premier président. Organisé par la Fondation de la Résistance et l’Institut d’Études Politiques de Lyon, ce colloque avait donc pour enjeu d’évaluer le degré de pertinence de l’affirmation courante selon laquelle on serait passé progressivement « de la mémoire à l’histoire », de poser les jalons pour une étude dépassionnée des relations entre historiens et acteurs en histoire contemporaine et du lien entre évolution historiographique et demande sociale. Sans prétendre à l’exhaustivité, tant le champ couvert par le Comité fut vaste, les contributions rendent compte de sa genèse, de ses méthodes, de ses publications, des problèmes rencontrés pour accéder aux archives. Pour mettre en perspective son apport, d’autres acteurs de cette historiographie ont été évoqués aux niveaux régional et national mais aussi international avec les travaux des historiens anglo-saxons et le regard des historiens allemands. Des comparaisons avec la Belgique et l’Espagne ont enfin permis de mieux mesurer les problèmes communs à l’étude des résistances en Europe. » (Quatrième de couverture, Presses universitaires de Rennes).

Laurent DOUZOU, La Résistance. Une morale en action, Gallimard, 2010

« Juin 1940. La France, humiliée et défaite, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Pourtant, aussitôt, une poignée d’hommes et de femmes décident de « faire quelque chose ». Cette phase pionnière est suivie d’une lutte longue et incertaine pour transformer cette volonté de résistance en une action structurée aussi efficace que possible. Rude tâche tant pour la Résistance intérieure que pour la France Libre qui, non sans frictions et désaccords, s’épaulent au fil du temps. Filières d’évasion, collecte de renseignements, publications clandestines, faux papiers, attentats… graduellement, malgré une répression féroce, la Résistance tisse sa toile. En 1943 et 1944, tout en ne cessant jamais d’être minoritaire, elle s’enracine socialement, gagnant le combat idéologique et politique qu’elle livre à l’occupant et au gouvernement installé à vichy. Laurent Douzou retrace l’histoire, les combats, les souffrances de cette « armée des ombres » qui eut le courage et l’audace de mettre sa morale en action. » (Quatrième de couverture, Éditions Gallimard).

Gaël EISMANN, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Éditions, Tallandier, 2010

« En France, le souvenir des violences commises par l’occupant allemand dans les  » années noires  » est encore douloureusement vivant dans notre mémoire collective. Pourtant, l’histoire de l’occupation militaire allemande en France est très peu étudiée. Or, le Militürbefehlshaber in Frankreich (commandant militaire en France, Mbf) constitue la pièce centrale du système d’occupation allemand. Installé à Paris à l’hôtel Majestic, le Mbf s’apparente à un gouverneur militaire qui disposa, jusqu’en juin 1942, du monopole du  » pouvoir exécutif « . Fondé sur les archives allemandes de l’Occupation, archives aujourd’hui encore largement délaissées par l’historiographie française, ce livre permet de rompre avec nombre d’idées reçues parmi lesquelles celle qui présente le rôle du Mbf comme  » convenable « , attribuant l’essentiel des atrocités commises en France pendant l’Occupation à la Gestapo et aux officines collaborationnistes françaises. Gaël Eismann revient par ailleurs sur la manière dont le traitement de la  » question juive  » s’insère dans la politique de  » maintien de l’ordre et de la sécurité  » du Mbf et s’interroge : comment s’opère le glissement qui conduit de la répression de la Résistance à la déportation des Juifs ? Le Mbf a-t-il freiné les initiatives d’autres instances allemandes chargées de la  » question juive « , les a-t-il cautionnées passivement, ou a-t-il joué un rôle moteur, voire accélérateur, dans la mise en oeuvre de la  » solution finale  » ? C’est à ces questions que répond ce livre conçu comme une histoire globale de la politique de  » maintien de l’ordre et de la sécurité  » du Mbf et qui permet de reconsidérer les responsabilités de chacun. » (Quatrième de couverture, Éditions Tallandier)

Thomas FONTAINE, Déportations et génocide : l’impossible oubli, FNDIRP-Éditions Tallandier, 2009

« Déportation, camp de concentration, génocide : ces termes sont aujourd’hui associés aux crimes contre l’humanité commis par les nazis. Longtemps, les mémoires ont réuni les deux principaux phénomènes décrits par ces notions : la répression de la Résistance, qui entraîne la déportation vers les camps de concentration, et la persécution des juifs d’Europe, qui vise à leur assassinat systématique dans des  » centres de mise à mort  » spécialement conçus à cette fin. Longtemps, les mémoires ont surtout mis en évidence la déportation résistante et patriotique, avant que, à partir des années soixante-dix, la spécificité du génocide des juifs d’Europe apparaisse plus nettement et que la mémoire de leur extermination s’impose progressivement en France. Au point qu’elle recouvre parfois aujourd’hui l’ensemble de la notion de déportation. Ecrire un manuel sur les déportations et le génocide des juifs destiné d’abord aux lycéens et à leurs professeurs, c’est pour l’historien relever l’enjeu posé par ces évolutions, qui ne rendent pas bien compte des processus complexes caractérisant les crimes nazis. Tous découlent d’une même idéologie prônant l’inégalité et la violence, la hiérarchie des races et le mépris des êtres considérés comme  » inférieurs  » ou  » inutiles « , et offrant les conditions propices au meurtre de masse et au génocide. C’est pourquoi ce livre adopte une approche globale de la question et traite des déportations vers le système concentrationnaire et du génocide des juifs, de la répression et de la persécution. La spécificité de l’extermination des juifs d’Europe n’en ressort que plus nettement. Ce livre a aussi pour but de combler une lacune : aucune synthèse en France ne détaille dans un même ouvrage les différentes étapes de la répression et de la persécution menées sur notre territoire entre 1940 et 1945. » (Quatrième de couverture, FNDIRP-Éditions Tallandier)

Pierre LABORIE, Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation : mémoires et idées reçues, Bayard, 2011

« L’actualité rappelle en permanence la place particulière, parfois oppressante, que les années noires occupent dans la mémoire nationale. Un discours convenu, durablement installé depuis le film Le chagrin et la pitié, affirme ce que le pays aurait longtemps refusé de reconnaître : dans leur grande majorité, les Français ont été occupés à durer, repliés dans un attentisme marqué par l’opportunisme, par des arrangements consentants, ou plus, par une indifférence coupable aux minorités persécutées. Que transmet et signifie ce prêt-à-penser ? Pierre Laborie s’attache à en faire la généalogie, retraçant et questionnant le contexte de son émergence dans les années 1970, les facteurs qui ont contribué à le rendre dominant, le processus surtout qui a fini par l’imposer comme une évidence. Ce faisant il revient sur l’expérience singulière de la Résistance, sur un engagement et un héritage dont le sens semble en voie de s’effacer. Bousculant des lieux communs, il interroge : même s’ils sont répétés partout, depuis des décennies, comment croire que les simplismes d’un jugement lapidaire pourraient suffire à énoncer une vérité définitive sur la façon dont quarante millions de Français ont traversé une des épreuves les plus dévastatrices de leur longue histoire ? » (Quatrième de couverture, Éditions Bayard)

Cécile VAST, L’identité de la Résistance. Être résistant, de l’Occupation à l’après-guerre, Payot, 2010

« « Il s’est passé quelque chose. » Par ces mots Jean Cassou tentait, en 1953, de définir ce qu’était l’identité de la Résistance. Restituer ce « quelque chose », tel est depuis soixante ans l’un des objectifs de l’historien, mais telle fut aussi la nécessité éprouvée par de nombreux résistants qui, par l’écriture et dans le feu de l’action, voulurent eux-mêmes témoigner de leur propre histoire. Pourquoi cela ? Ce livre montre comment l’expérience de la Résistance a progressivement modelé une identité singulière et il en dégage les grandes composantes (témoigner, volonté de maîtriser le temps, dimension légendaire, responsabilité sociale, élitisme, idéal unitaire, identification à la France, éthique de l’action). Il propose également une histoire renouvelée de l’ensemble formé par les mouvements non communistes de la zone sud, regroupés en 1943 dans les Mouvements unis de résistance (MUR) et le Mouvement de libération nationale (MLN). » (Quatrième de couverture, Éditions Payot)

Cécile VAST, Les résistants en France, Milan, 2009

« Ouvrage de vulgarisation. S’il apporte les informations et les aspects factuels attendus sur l’histoire de la Résistance en France, il cherche également à faire état du renouvellement historiographique. Outre les chapitres classiques sur la chronologie et le contexte du phénomène résistant, sur son caractère multiforme, la diversité des formes de l’action, le vécu et les réalités de la clandestinité ou l’été 1944, il propose une approche plus réflexive de l’événement, de ses appropriations successives et de son statut. » (Quatrième de couverture, Éditions Milan)



Résistance et sociétés

Le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance (CH2R) a été créé en mars 2009 avec le soutien de l’association des amis du musée de la Résistance et de la déportation de Besançon, et en liaison avec le Laboratoire des Sciences historiques (EA 2273) de l’université de Franche-Comté. Il a pour objectif d’encourager et de développer les recherches sur le phénomène de Résistance et son histoire —et plus généralement sur l’Occupation— en proposant un lieu de travail, de rencontres et de débats. Il vise en particulier à aider les jeunes chercheurs à rompre leur isolement, à faciliter les échanges scientifiques par l’organisation de journées d’études et de colloques, ainsi que par la diffusion et la publication des travaux entrepris. Doté d’une direction et d’un conseil scientifiques, le CH2R regroupe plusieurs générations d’historiens français et étrangers (doctorants, docteurs, chercheurs confirmés), dont les travaux portent pour l’essentiel sur la période de la Seconde Guerre mondiale et de l’occupation allemande (France, Europe, 1939-1945). Ces dernières années, dans le prolongement des six colloques « La Résistance et les Français » organisés dans le cadre de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS), puis du Dictionnaire historique de la Résistance publié en 2006 avec l’aide de la Fondation de la Résistance, un certain nombre de thèses, achevées ou en voie d’achèvement, témoignent d’un dynamisme et d’un renouvellement historiographique. Dans une perspective comparative, tant géographique que chronologique, et en mêlant les approches culturelles, politiques et sociales, les chercheurs du CH2R travaillent notamment sur les thématiques suivantes :

– formes de résistances et pluralité des formes de réactivités sociales, de la lutte armée aux sociétés de non-consentement
– approche socio-culturelle et anthropologique des groupes et organisations de résistance
– construction identitaire, écritures et héritages de la Résistance intérieure et de la France libre
– systèmes d’occupation et d’oppression
– formes de la répression (dispositifs répressifs, déportations, représailles)
– comportements collectifs dans les systèmes, les régimes et les situations d’oppression
– mémoires sociales de l’Occupation et de la Résistance

Directeur scientifique : Laurent Douzou
Président : François Marcot
Secrétariat scientifique : Sébastien Albertelli, Julien Blanc, Cécile Vast

Direction scientifique : Sébastien Albertelli (docteur, IEP de Paris), Julien Blanc (docteur, université de Lyon 2), Laurent Douzou (professeur, IEP de Lyon), Thomas Fontaine (doctorant, université de Paris IV), Jean-Marie Guillon (professeur, université de Provence), Pierre Laborie (directeur d’études, EHESS), François Marcot (professeur émérite, université de Franche-Comté), Steffen Prauser (docteur, chercheur à l’Institut historique allemand), Jacqueline Sainclivier (professeur, université de Rennes 2), Cécile Vast (docteur, université de Franche-Comté), Jean Vigreux (professeur, université de Franche-Comté)

Conseil scientifique : Alya Aglan (MCF-HDR), Sébastien Albertelli (docteur), Claire Andrieu (PR), Johanna Barasz (docteur), Julien Blanc (docteur), Christian Bougeard (PR), Emmanuel Debruyne (chercheur, Belgique), Laurent Douzou (PR), Gaël Eismann (MCF), Thomas Fontaine (doctorant), Robert Frank (PR), Sylvain Gregori (docteur), Jean-Marie Guillon (PR), Pierre Laborie (directeur d’études), Bruno Leroux (directeur historique de la Fondation de la Résistance), François Marcot (PRE), Denis Peschanski (DR), Guillaume Piketty (DR), Steffen Prauser (professeur et chercheur), Jacqueline Sainclivier (PR), Cécile Vast (docteur), Dominique Veillon (DR), Jean Vigreux (PR).