Les comportements collectifs dans la France occupée : mémoires et représentations

Colloque international, les 2 et 3 avril 2014, Université Rennes 2

Direction scientifique : Jean-Marie Guillon (Université Aix-Marseille, UMR 7303 TELEMME), Pierre Laborie (EHESS), Jacqueline Sainclivier (CERHIO- UMR CNRS 6258 – Rennes2)

Conseil scientifique : Christian Bougeard, Laurent Douzou, José Gotovitch, Denis Peschanski.

Le second colloque sur les comportements collectifs en France (1940-1945) se tiendra à l’université de Rennes 2. Il prolonge celui de Besançon (25-27 septembre 2012) qui s’était attaché en priorité à une réflexion sur les questions de méthode et les modes d’appréhension des comportements en histoire : historiographie, concepts et outils de mesure, dimension sociale des expressions multiformes du consentement ou du refus, comportements complexes, approches comparatives avec d’autres pays européens.

Les objectifs du colloque de Rennes sont autres. Ils prennent en compte un constat largement partagé : l’histoire des comportements collectifs ne peut plus être dissociée de celle des phénomènes mémoriels et de leurs avatars. Depuis la guerre, les (re)constructions de ces comportements collectifs pendant l’occupation ont été multiples avec des répercussions sur le savoir historique qu’il importe de mesurer. C’est pourquoi le colloque se propose de les examiner à travers l’étude des constructions mémorielles, de leur pluralité, de leurs représentations, de leurs usages sociaux et politiques, de leurs modes de fabrication et de vulgarisation.

Les quatre grands thèmes retenus indiquent l’articulation générale du colloque. Ce seront, successivement, avec une demi-journée pour chacun d’entre eux :

1. Les questions liées aux diverses mémoires des comportements collectifs, à la question du sens, à la place et au rôle des historiens dans les divers processus. L’analyse de problèmes ou de situations spécifiques sera privilégiée. À titre d’exemple : la délation, le « devoir de mémoire », la spécificité des mémoires régionales, la mémoire des « Justes »…

2. La place, l’importance, la nature — et leur évolution dans le temps— des usages, des oublis, des trous de mémoire, des mises à l’écart, des chronologies recomposées, des dénis. Soit, à titre indicatif : le choc de mai-juin 1940, la présence et le poids des occupants, les bombardements alliés, les compromissions dans la collaboration, la question du genre, les mots disparus…

3. La vaste question de la transmission, de la vulgarisation, et des problèmes de réception. Une importance particulière sera donnée à l’étude des instructions (IG), des programmes et des manuels scolaires, à l’identification du choix des marqueurs significatifs des comportements (sort des juifs, Résistance et résistances) dans l’histoire enseignée, dans les médias. Ou encore à travers le rôle des relais pédagogiques (APHG, Clionautes, autres) et des revues d’histoire de grande diffusion.

4. L’étude des représentations des comportements des Français, de leur généalogie et de leur portée, dans le cinéma, la littérature (fiction, mémoires). Avec la possibilité d’analyser des extraits de projection au cours de cette dernière séance.

PROGRAMME