Colloque. Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, 1940-1945. Historiographie, normes, prismes

Colloque international organisé par les Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon (Centre d’Histoire et de Recherches sur la Résistance), avec l’Université de Franche-Comté, la Fondation de la Résistance et l’Institut historique allemand de Paris

Colloque international de Besançon – Petit Kursaal, 25-27 septembre 2012

Avec le soutien du Ministère de la Défense (Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives), et de la Ville de Besançon

Programme à télécharger

Présentation de la problématique du colloque

Deux colloques liés : Besançon 2012 et Rennes 2013

La question transversale des comportements collectifs revient en permanence dans tous les débats et controverses sur la France et les Français des années noires, très au-delà du cercle des chercheurs spécialistes. Elle suscite des interrogations centrales sur la compréhension de la période et offre un miroir révélateur des difficultés posées par sa complexité. Directement ou en filigrane, elle recoupe des enjeux mémoriels récurrents, d’autant plus sensibles qu’étroitement liés aux usages idéologiques du passé. Pourtant, et cet écart constitue une des premières justifications du projet de colloques, l’étude spécifique des comportements n’a pas été considérée comme primordiale dans les travaux sur la France de Vichy et de l’Occupation. Beaucoup d’analyses et d’interprétations se fondent sur des emprunts approximatifs à des historiens éminents dont les recherches n’ont pas porté en priorité sur ces problèmes.

Les deux colloques que le CH2R organise à Besançon en 2012 et à Rennes en 2013 voudraient d’abord répondre aux lacunes actuelles, en essayant à la fois d’établir un premier état des lieux et de s’inscrire dans les évolutions historiographiques en cours, replacées dans un contexte comparatif.C’est à Rennes que seront abordés les problèmes des constructions mémorio-médiatiques, de leurs usages, des modes de transmission et des déplacements de sens.

Le colloque de Besançon (25-27 septembre 2012)

Son titre Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, 1940-1945. Historiographie, normes, transgressions, prismes indique dans quelle perspective il a été conçu. Les axes de travail retenus seront abordés au cours des communications et des cinq tables rondes. Ils peuvent être ainsi déclinés :

– Une réflexion épistémologique sur les sciences sociales et l’histoire face à l’objet « comportements collectifs ».

– Les outils et les catégories des historiens, les modes d’appréhension des comportements collectifs et l’écriture de leur histoire.

– Les comportements complexes.

– L’attention à porter au problème des espaces d’autonomie, des marges de manœuvre possibles et du sens des adaptations contraintes sous les régimes d’oppression.

– La confrontation des grilles d’analyse globalisantes aux pratiques sociales du quotidien et du terrain, aux diversités spatiales et culturelles.

– La place dévolue à la Résistance, comme révélateur et instrument d’évaluation des comportements.**

– Les regards croisés et les effets de miroir dans les représentations comparées de plusieurs pays européens et des Etats-Unis.

 Une journée d’étude, rassemblant des universitaires étrangers et français a permis, le 3 mai 2011, de préciser les contours de la manifestation. Le colloque articulera communications et tables rondes-débats : le nombre des communications sera volontairement réduit pour donner toute leur place aux tables rondes — une par séance. Les interventions et échanges des tables rondes (TR) seront enregistrés et intégrés à la publication.

Le colloque réunira 27 chercheurs, étrangers et français, jeunes et moins jeunes, et sera structuré en cinq séances :

 1. Problématique et appréhension de « l’objet » comportement

TR1 : Débats sur les concepts et leurs usages

 2. Les comportements dans l’Europe occupée : le cadre général

TR2 : Les comportements dans l’Europe occupée

 3. Comportements complexes

TR3 : Les comportements complexes

 4. Résistance(s) et tissu social : la France

TR4 : Résistances et sociétés

 5. Les comportements en France vus d’ailleurs

TR5 : Représentations en miroirs

Pierre Laborie et François Marcot

Responsables scientifiques du colloque de Besançon

**L’importance de la Résistance, son statut dans la France des années noires et, plus largement, le rapport des Français à la Résistance sont, on le sait, régulièrement avancés comme un marqueur significatif des comportements face à l’occupant. De la place donnée à la Résistance, et surtout à l’idée que les historiens se font d’elle, découlent des jugements d’ensemble sur les conduites collectives. Ce qu’on lui reconnaît ou lui fait dire devient un argument qui sert de critère global d’évaluation.

Programme

Mardi 25 septembre

A partir de 13h 30 : accueil des participants

14h – séance d’ouverture du colloque

Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon,

Jacques Vistel, Président de la Fondation de la Résistance

Jean Vigreux, Professeur à l’Université de Franche-Comté

Pierre Laborie et François Marcot, Problématique générale du colloque

14h 30 – 1ère séance : Problématique et appréhension de l’objet « comportements »

Président : Laurent Douzou

Bernard Lahire : Comportements individuels, comportements collectifs : dispositions, contextes d’action et échelles d’observation

Stathis Kalyvas et Steffen Prauser : Comment penser les comportements dans l’Europe occupée ?

Pierre Laborie :  Les comportements des Français sous Vichy et l’Occupation. De la vulgate à la doxa.

Table Ronde 1 Débats sur les concepts et leurs usages animée par Pierre Laborie avec Denis Peschanski, Antoine Prost, Jacques Semelin, Laurent Douzou

Débat avec la salle

Mercredi 26 septembre

9h – 2ème séance : Les comportements dans l’Europe occupée : le cadre général

Présidente : Gaby Sonnabend

Pieter Lagrou : Occupation militaire et domination impériale: essai de typologie

Stathis Kalyvas : Guerres civiles, niveau de violence, réactions face à la répression

Steffen Prauser : Comportements des populations civiles européennes face aux « partisans »

Rafal Wnuk : Comportements des populations civiles en Pologne

Table ronde 2 Les comportements dans l’Europe occupée animée par Robert Frank avec Alya Aglan,  Stefan Martens, Jacques Semelin

Débat avec la salle

14h 15 – 3ème séance : Comportements complexes

Président : Julian Jackson

Claire Andrieu : Comportements des populations civiles européennes face aux aviateurs, tombés (France, Allemagne, Angleterre)

Jacqueline Sainclivier : La notion d’accommodation : de quoi ? de qui s’accommode-t-on ?

Renée Poznanski :  Quelle résistance? quelle survie? Réflexions sur les choix des Juifs en France

Jacques Semelin : Dans quelle mesure les comportements de la population permettent-ils d’expliquer que les trois quarts des juifs en France aient échappé à la déportation ?

Table Ronde 3  – Les comportements complexes animée par Jean-Marie Guillon avec Anne-Marie Granet, Pieter Lagrou, Denis Peschanski

Débat avec la salle

Vendredi 27 septembre

9h 00 – 4ème séance : Résistance(s) et tissu social : la France

 Président :  Antoine Prost

Jean-Marie Guillon : La Résistance et la société française : historiographie, concepts et problèmes…

Jean Vigreux : Résistance et monde rural en France et en Europe

Julien Blanc : Les premiers engagements résistants en zone occupée et la société française (1940-1942)

10h 20 Cécile Vast : La question du légendaire dans l’analyse des comportements à l’égard de la Résistance

Table ronde 4 Résistances et sociétés animée par François Marcot avec Emmanuel Chevet, Julian Jackson, Jacqueline Sainclivier

Débat avec la salle

14h 15 – 5ème séance : Les comportements en France vus d’ailleurs

Président : Stefan Martens

Sébastien Albertelli : Comment la France Libre se représente les comportements en métropole

Gaël Eismann : Les comportements des Français sous l’oeil du Majestic

Yves-Marie Péréon : Les comportements des Français vus des Etats-Unis

Table ronde 5 Représentations en miroirs avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Pieter Lagrou, Odile Roynette

Débat avec la salle

Pierre Laborie : conclusions du colloque

17H Fin du colloque

Les participants

Alya Aglan, Université de Paris 1

Sébastien Albertelli, docteur en Histoire

Claire Andrieu, IEP de Paris

Julien Blanc, docteur en histoire

Emmanuel Chevet, docteur en histoire

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, historien

Laurent Douzou, IEP de Lyon

Gaël Eismann, Université de Caen

Robert Frank, Université de Paris 1

Anne-Marie Granet, Université de Grenoble

Jean-Marie Guillon, Université de Provence

Julian Jackson, Université Queen Mary de Londres (Royaume-Uni)

Stathis Kalyvas, Université de Yale (États-Unis)

Pierre Laborie, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Pieter Lagrou, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Bernard Lahire, École Normale Supérieure de Lyon

François Marcot, Université de Franche-Comté

Stefan Martens, Institut historique allemand de Paris

Yves-Marie Péréon, Université de Rouen

Denis Peschanski, CNRS-Paris1

Renée Poznanski, Université de Beer Sheva (Israel)

Steffen Prauser, Université de Birmingham et Institut historique allemand de Paris

Odile Roynette, Université de Franche-Comté et Centre d’histoire de  Sciences PO.

Jacqueline Sainclivier, Université de Rennes,

Jacques Semelin, Directeur de recherches CERI-CNRS, Paris

Cécile Vast, docteur en Histoire

Jean Vigreux, Université de Franche-Comté

Rafal Wnuk, Université catholique de Lublin (Pologne)

Responsables scientifiques : Pierre Laborie et François Marcot.

Conseil scientifique : Claire Andrieu, Laurent Douzou, Julian Jackson, José Gotovitch, Jean-Marie Guillon, Stathis Kalyvas, Pieter Lagrou, Bruno Leroux, Stefan Martens, Steffen Prauser,  Antoine Prost, Jacqueline Sainclivier, Jean Vigreux.

Avec le soutien de : Ministère de la Défense (Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives-DMPA), Ville de Besançon, Établissement public Citadelle-Patrimoine mondial, Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance en Morvan