Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues

Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Folio-Gallimard, 2014, Édition revue et augmentée

LaborieFolio

Collection Folio histoire (n° 232), Gallimard

Parution : 25-04-2014

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-histoire/Le-chagrin-et-le-venin

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Chercheurs en Résistance. Pistes et outils à l’usage des historiens

Julien Blanc et Cécile Vast [dir.], Chercheurs en Résistance. Pistes et outils à l’usage des historiens, Presses universitaires de Rennes, 2014

ChercheursRésistanceCouvCet ouvrage collectif est le fruit de deux journées d’études organisées par le Centre d’histoire et de recherche sur la Résistance (CH2R). De jeunes chercheurs y réfléchissent, à partir de cas pratiques, aux problèmes épistémologiques et méthodologiques que pose l’écriture de l’histoire : Comment un objet de recherche se construit-il et se saisit-il ? Que faire lorsque la définition de ses contours se dérobe au fur et à mesure que l’enquête avance? Comment composer avec l’abondance, l’absence ou le caractère parfois éminemment biaisé des sources ? Les auteurs ont accepté de mettre au pot commun les écueils, interrogations, doutes qui sont le lot de tous les chercheurs et de les placer délibérément au centre de la réflexion afin qu’ils puissent être discutés.

Posted in Actualités / News | Leave a comment

De l’histoire de la Résistance à l’histoire des Glières, un enjeu symbolique et scientifique

“De l’histoire de la Résistance à l’histoire des Glières, un enjeu symbolique et scientifique”, par Jean-Marie GUILLON

Postface au livre Plateau des Glières. Haute-Savoie. 1944, réédition de Vivre libre ou mourir publié en 1946

Préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac (p. 4)

Postface de Jean-Marie Guillon (p. 23)

Glières
Posted in Actualités / News | Leave a comment

Les comportements collectifs dans la France occupée : mémoires et représentations

Colloque international, les 2 et 3 avril 2014, Université Rennes 2

Direction scientifique : Jean-Marie Guillon (Université Aix-Marseille, UMR 7303 TELEMME), Pierre Laborie (EHESS), Jacqueline Sainclivier (CERHIO- UMR CNRS 6258 – Rennes2)

Conseil scientifique : Christian Bougeard, Laurent Douzou, José Gotovitch, Denis Peschanski.

Le second colloque sur les comportements collectifs en France (1940-1945) se tiendra à l’université de Rennes 2. Il prolonge celui de Besançon (25-27 septembre 2012) qui s’était attaché en priorité à une réflexion sur les questions de méthode et les modes d’appréhension des comportements en histoire : historiographie, concepts et outils de mesure, dimension sociale des expressions multiformes du consentement ou du refus, comportements complexes, approches comparatives avec d’autres pays européens.

Les objectifs du colloque de Rennes sont autres. Ils prennent en compte un constat largement partagé : l’histoire des comportements collectifs ne peut plus être dissociée de celle des phénomènes mémoriels et de leurs avatars. Depuis la guerre, les (re)constructions de ces comportements collectifs pendant l’occupation ont été multiples avec des répercussions sur le savoir historique qu’il importe de mesurer. C’est pourquoi le colloque se propose de les examiner à travers l’étude des constructions mémorielles, de leur pluralité, de leurs représentations, de leurs usages sociaux et politiques, de leurs modes de fabrication et de vulgarisation.

Les quatre grands thèmes retenus indiquent l’articulation générale du colloque. Ce seront, successivement, avec une demi-journée pour chacun d’entre eux :

1. Les questions liées aux diverses mémoires des comportements collectifs, à la question du sens, à la place et au rôle des historiens dans les divers processus. L’analyse de problèmes ou de situations spécifiques sera privilégiée. À titre d’exemple : la délation, le « devoir de mémoire », la spécificité des mémoires régionales, la mémoire des « Justes »…

2. La place, l’importance, la nature — et leur évolution dans le temps— des usages, des oublis, des trous de mémoire, des mises à l’écart, des chronologies recomposées, des dénis. Soit, à titre indicatif : le choc de mai-juin 1940, la présence et le poids des occupants, les bombardements alliés, les compromissions dans la collaboration, la question du genre, les mots disparus…

3. La vaste question de la transmission, de la vulgarisation, et des problèmes de réception. Une importance particulière sera donnée à l’étude des instructions (IG), des programmes et des manuels scolaires, à l’identification du choix des marqueurs significatifs des comportements (sort des juifs, Résistance et résistances) dans l’histoire enseignée, dans les médias. Ou encore à travers le rôle des relais pédagogiques (APHG, Clionautes, autres) et des revues d’histoire de grande diffusion.

4. L’étude des représentations des comportements des Français, de leur généalogie et de leur portée, dans le cinéma, la littérature (fiction, mémoires). Avec la possibilité d’analyser des extraits de projection au cours de cette dernière séance.

PROGRAMME

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Un fonds Germaine Tillion exceptionnel au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Le fonds Germaine Tillion au Musée de la Résistance et de la Déportation.

Livret du Verfügbar aux Enfers, page de l'acte II.Le transfert prochain au Panthéon des cendres de Germaine Tillion, figure
incontournable de la Résistance française, a été annoncé ce 21 février.
Le Musée de la Résistance et de la Déportation se réjouit de l’hommage qui lui sera
rendu par la France. En effet, il y a près de 20 ans que le musée compte dans ses
collections de nombreux objets et pièces d’archives en lien avec son parcours de
résistante et son expérience de la déportation. Autant de témoignages exceptionnels
qu’il se charge d’inventorier, de conserver et de mettre à disposition de tous.

©Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon

Pour en savoir plus, communiqué de presse : Fonds Germaine Tillion-MRD

Posted in Actualités / News | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Aides à la Recherche de la Fondation de la Résistance

LA FONDATION DE LA RÉSISTANCE PROPOSE DEUX MODALITÉS D’AIDE À LA RECHERCHE

1) Offre d’un poste de doctorant-chercheur

(ANNÉE UNIVERSITAIRE 2013-2014)

La Fondation de la Résistance propose un contrat à durée déterminée d’une durée d’un an (année universitaire 2013-2014), destiné à un(e) chercheur(se) préparant une thèse concernant la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.

2) Offre d’aides à des recherches post-doctorales

(ANNÉE CIVILE 2013)

La Fondation de la Résistance propose plusieurs aides post-doctorales d’un montant de 5000 euros, destinées à des chercheurs ayant soutenu depuis moins de 10 ans une thèse de 3e cycle et pour des projets concernant la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.

Pour en savoir plus consultez le site internet de la Fondation de la Résistance

 

 

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Séminaire sur l’histoire de la Résistance (1940-1944)

Séminaire sur l’histoire de la Résistance

Responsables : Laurent DOUZOU, Steffen PRAUSER

Séminaire organisé conjointement par l‘Institut Historique Allemand de Paris, le LARHRA (UMR 5190) et le Centre d’Histoire et de Recherche sur la Résistance (CH2R)

Mercredi 14 novembre 2012, 16h30, Salle André Frossard, ISH, Lyon
* Présentation du séminaire
* Julien BLANC (CH2R, LARHRA) : “Une réalité enfouie : les initiatives avortées de la Résistance pionnière, 1940-1941″.
Discutant : Laurent DOUZOU (Institut d’Etudes Politiques de Lyon).

Mercredi 9 janvier 2013, 16h30, Salle André Frossard, ISH, Lyon
*Cécile VAST (CH2R, LARHRA) : « Les maquis : les faits, la dimension légendaire, les usages ».
Discutant : Steffen PRAUSER (Institut Historique Allemand de Paris).

Mardi 22 janvier 2013, 18h, IHA, Paris
* Catherine LACOUR-ASTOL (CH2R), Corinna von LIST : « Les femmes dans la résistance ».
Discutante : Claire ANDRIEU (Institut d’Etudes Politiques de Paris).

Mercredi 20 février 2013, 18h, IHA, Paris
* Ludivine BROCH (Birkbeck, Université de Londres), Coralie IMMELÉ (CH2R) : « La résistance des cheminots ».
Discutante : Dominique VEILLON (Institut d’Histoire du Temps Présent, C.N.R.S.).

Mercredi 20 mars 2013, 16h30, Salle André Frossard, ISH, Lyon
* Julian JACKSON (Queen Mary, Université de Londres) : « L’historiographie de la Résistance française ».
Discutant : Jean-Pierre AZÉMA (Institut d’Etudes Politiques de Paris).

Mercredi 3 avril 2013, 18h, IHA, Paris
* Laurent DOUZOU : « Les usages de la Résistance dans la guerre d’Algérie ».
Discutante : Raphaëlle BRANCHE (Université de Paris 1).

Mercredi 15 mai 2013, 16h30, Salle André Frossard, ISH, Lyon
* Jean-Marie GUILLON (Université de Provence) : « La monographie comme cadre et instrument d’étude ».
Discutante : Jacqueline SAINCLIVIER (Université de Rennes 2).

Mardi 28 mai 2013, 18h, IHA, Paris
* Georges-Henri SOUTOU (Université de Paris 4) : « Jean-Marie SOUTOU : De la Résistance au rapprochement franco-allemand ».
Discutante : Hélène MIARD-DELACROIX (Université de Paris 4).

Mercredi 5 juin 2013, 18h, IHA, Paris
* Robert GILDEA (Université d’Oxford) : « Revisiting the French Resistance ».
Discutant : Laurent DOUZOU.

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Colloque. Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, 1940-1945. Historiographie, normes, prismes

Colloque international organisé par les Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon (Centre d’Histoire et de Recherches sur la Résistance), avec l’Université de Franche-Comté, la Fondation de la Résistance et l’Institut historique allemand de Paris

Colloque international de Besançon – Petit Kursaal, 25-27 septembre 2012

Avec le soutien du Ministère de la Défense (Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives), et de la Ville de Besançon

Programme à télécharger

Présentation de la problématique du colloque

Deux colloques liés : Besançon 2012 et Rennes 2013

La question transversale des comportements collectifs revient en permanence dans tous les débats et controverses sur la France et les Français des années noires, très au-delà du cercle des chercheurs spécialistes. Elle suscite des interrogations centrales sur la compréhension de la période et offre un miroir révélateur des difficultés posées par sa complexité. Directement ou en filigrane, elle recoupe des enjeux mémoriels récurrents, d’autant plus sensibles qu’étroitement liés aux usages idéologiques du passé. Pourtant, et cet écart constitue une des premières justifications du projet de colloques, l’étude spécifique des comportements n’a pas été considérée comme primordiale dans les travaux sur la France de Vichy et de l’Occupation. Beaucoup d’analyses et d’interprétations se fondent sur des emprunts approximatifs à des historiens éminents dont les recherches n’ont pas porté en priorité sur ces problèmes.

Les deux colloques que le CH2R organise à Besançon en 2012 et à Rennes en 2013 voudraient d’abord répondre aux lacunes actuelles, en essayant à la fois d’établir un premier état des lieux et de s’inscrire dans les évolutions historiographiques en cours, replacées dans un contexte comparatif.C’est à Rennes que seront abordés les problèmes des constructions mémorio-médiatiques, de leurs usages, des modes de transmission et des déplacements de sens.

Le colloque de Besançon (25-27 septembre 2012)

Son titre Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, 1940-1945. Historiographie, normes, transgressions, prismes indique dans quelle perspective il a été conçu. Les axes de travail retenus seront abordés au cours des communications et des cinq tables rondes. Ils peuvent être ainsi déclinés :

- Une réflexion épistémologique sur les sciences sociales et l’histoire face à l’objet « comportements collectifs ».

- Les outils et les catégories des historiens, les modes d’appréhension des comportements collectifs et l’écriture de leur histoire.

- Les comportements complexes.

- L’attention à porter au problème des espaces d’autonomie, des marges de manœuvre possibles et du sens des adaptations contraintes sous les régimes d’oppression.

- La confrontation des grilles d’analyse globalisantes aux pratiques sociales du quotidien et du terrain, aux diversités spatiales et culturelles.

- La place dévolue à la Résistance, comme révélateur et instrument d’évaluation des comportements.**

- Les regards croisés et les effets de miroir dans les représentations comparées de plusieurs pays européens et des Etats-Unis.

 Une journée d’étude, rassemblant des universitaires étrangers et français a permis, le 3 mai 2011, de préciser les contours de la manifestation. Le colloque articulera communications et tables rondes-débats : le nombre des communications sera volontairement réduit pour donner toute leur place aux tables rondes — une par séance. Les interventions et échanges des tables rondes (TR) seront enregistrés et intégrés à la publication.

Le colloque réunira 27 chercheurs, étrangers et français, jeunes et moins jeunes, et sera structuré en cinq séances :

 1. Problématique et appréhension de « l’objet » comportement

TR1 : Débats sur les concepts et leurs usages

 2. Les comportements dans l’Europe occupée : le cadre général

TR2 : Les comportements dans l’Europe occupée

 3. Comportements complexes

TR3 : Les comportements complexes

 4. Résistance(s) et tissu social : la France

TR4 : Résistances et sociétés

 5. Les comportements en France vus d’ailleurs

TR5 : Représentations en miroirs

Pierre Laborie et François Marcot

Responsables scientifiques du colloque de Besançon

**L’importance de la Résistance, son statut dans la France des années noires et, plus largement, le rapport des Français à la Résistance sont, on le sait, régulièrement avancés comme un marqueur significatif des comportements face à l’occupant. De la place donnée à la Résistance, et surtout à l’idée que les historiens se font d’elle, découlent des jugements d’ensemble sur les conduites collectives. Ce qu’on lui reconnaît ou lui fait dire devient un argument qui sert de critère global d’évaluation.

Programme

Mardi 25 septembre

A partir de 13h 30 : accueil des participants

14h – séance d’ouverture du colloque

Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon,

Jacques Vistel, Président de la Fondation de la Résistance

Jean Vigreux, Professeur à l’Université de Franche-Comté

Pierre Laborie et François Marcot, Problématique générale du colloque

14h 30 – 1ère séance : Problématique et appréhension de l’objet « comportements »

Président : Laurent Douzou

Bernard Lahire : Comportements individuels, comportements collectifs : dispositions, contextes d’action et échelles d’observation

Stathis Kalyvas et Steffen Prauser : Comment penser les comportements dans l’Europe occupée ?

Pierre Laborie :  Les comportements des Français sous Vichy et l’Occupation. De la vulgate à la doxa.

Table Ronde 1 - Débats sur les concepts et leurs usages animée par Pierre Laborie avec Denis Peschanski, Antoine Prost, Jacques Semelin, Laurent Douzou

Débat avec la salle

Mercredi 26 septembre

9h – 2ème séance : Les comportements dans l’Europe occupée : le cadre général

Présidente : Gaby Sonnabend

Pieter Lagrou : Occupation militaire et domination impériale: essai de typologie

Stathis Kalyvas : Guerres civiles, niveau de violence, réactions face à la répression

Steffen Prauser : Comportements des populations civiles européennes face aux « partisans »

Rafal Wnuk : Comportements des populations civiles en Pologne

Table ronde 2 - Les comportements dans l’Europe occupée animée par Robert Frank avec Alya Aglan,  Stefan Martens, Jacques Semelin

Débat avec la salle

14h 15 - 3ème séance : Comportements complexes

Président : Julian Jackson

Claire Andrieu : Comportements des populations civiles européennes face aux aviateurs, tombés (France, Allemagne, Angleterre)

Jacqueline Sainclivier : La notion d’accommodation : de quoi ? de qui s’accommode-t-on ?

Renée Poznanski :  Quelle résistance? quelle survie? Réflexions sur les choix des Juifs en France

Jacques Semelin : Dans quelle mesure les comportements de la population permettent-ils d’expliquer que les trois quarts des juifs en France aient échappé à la déportation ?

Table Ronde 3  - Les comportements complexes animée par Jean-Marie Guillon avec Anne-Marie Granet, Pieter Lagrou, Denis Peschanski

Débat avec la salle

Vendredi 27 septembre

9h 00 – 4ème séance : Résistance(s) et tissu social : la France

 Président :  Antoine Prost

Jean-Marie Guillon : La Résistance et la société française : historiographie, concepts et problèmes…

Jean Vigreux : Résistance et monde rural en France et en Europe

Julien Blanc : Les premiers engagements résistants en zone occupée et la société française (1940-1942)

10h 20 Cécile Vast : La question du légendaire dans l’analyse des comportements à l’égard de la Résistance

Table ronde 4 - Résistances et sociétés animée par François Marcot avec Emmanuel Chevet, Julian Jackson, Jacqueline Sainclivier

Débat avec la salle

14h 15 – 5ème séance : Les comportements en France vus d’ailleurs

Président : Stefan Martens

Sébastien Albertelli : Comment la France Libre se représente les comportements en métropole

Gaël Eismann : Les comportements des Français sous l’oeil du Majestic

Yves-Marie Péréon : Les comportements des Français vus des Etats-Unis

Table ronde 5 - Représentations en miroirs avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Pieter Lagrou, Odile Roynette

Débat avec la salle

Pierre Laborie : conclusions du colloque

17H Fin du colloque

Les participants

Alya Aglan, Université de Paris 1

Sébastien Albertelli, docteur en Histoire

Claire Andrieu, IEP de Paris

Julien Blanc, docteur en histoire

Emmanuel Chevet, docteur en histoire

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, historien

Laurent Douzou, IEP de Lyon

Gaël Eismann, Université de Caen

Robert Frank, Université de Paris 1

Anne-Marie Granet, Université de Grenoble

Jean-Marie Guillon, Université de Provence

Julian Jackson, Université Queen Mary de Londres (Royaume-Uni)

Stathis Kalyvas, Université de Yale (États-Unis)

Pierre Laborie, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Pieter Lagrou, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Bernard Lahire, École Normale Supérieure de Lyon

François Marcot, Université de Franche-Comté

Stefan Martens, Institut historique allemand de Paris

Yves-Marie Péréon, Université de Rouen

Denis Peschanski, CNRS-Paris1

Renée Poznanski, Université de Beer Sheva (Israel)

Steffen Prauser, Université de Birmingham et Institut historique allemand de Paris

Odile Roynette, Université de Franche-Comté et Centre d’histoire de  Sciences PO.

Jacqueline Sainclivier, Université de Rennes,

Jacques Semelin, Directeur de recherches CERI-CNRS, Paris

Cécile Vast, docteur en Histoire

Jean Vigreux, Université de Franche-Comté

Rafal Wnuk, Université catholique de Lublin (Pologne)

Responsables scientifiques : Pierre Laborie et François Marcot.

Conseil scientifique : Claire Andrieu, Laurent Douzou, Julian Jackson, José Gotovitch, Jean-Marie Guillon, Stathis Kalyvas, Pieter Lagrou, Bruno Leroux, Stefan Martens, Steffen Prauser,  Antoine Prost, Jacqueline Sainclivier, Jean Vigreux.

Avec le soutien de : Ministère de la Défense (Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives-DMPA), Ville de Besançon, Établissement public Citadelle-Patrimoine mondial, Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance en Morvan

 

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Offre de poste de doctorant-chercheur

La Fondation de la Résistance propose un contrat à durée déterminée d’une durée d’un an (année universitaire 2012-2013), destiné à un(e) chercheur(se) préparant une thèse concernant la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.

La Fondation de la Résistance souhaite, dans le cadre d’un partenariat avec la Fondation Edmond de Rothschild et avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, encourager les travaux universitaires concernant la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale et susceptibles d’enrichir ou de renouveler la connaissance par leurs sources ou leur problématique.

Dans ce cadre, elle propose un poste de chercheur sous contrat à durée déterminée à un doctorant préparant une thèse concernant la Résistance pendant la seconde guerre mondiale. Les sujets peuvent déborder de la période et aborder la Résistance dans une perspective comparatiste. Ils peuvent aussi déborder de la Résistance pour traiter plus généralement de la façon dont les sociétés, en Europe ou hors d’Europe, ont réagi à des systèmes d’oppression et de domination.

Ce poste destiné à assurer un complément de formation professionnelle est à pourvoir pour une durée d’un an, pour la période allant du 1er septembre 2012 au 31 août 2013. Les candidats devront obligatoirement justifier de leur inscription en thèse.

En sa qualité de chercheur, le doctorant devra consacrer l’intégralité de son temps à ses travaux de recherche, sous la direction de son directeur de thèse. Les travaux de recherche effectués seront limités à ceux directement liés à la préparation de la thèse. Le chercheur bénéficiera de l’aide et du soutien de la Fondation qui pourra notamment l’orienter dans ses recherches. Un membre du comité historique et pédagogique de la Fondation sera chargé du suivi des travaux effectués par le chercheur conjointement avec le directeur de recherche du candidat.

Au titre de ses travaux de recherche, le chercheur percevra une rémunération annuelle brute de 24 000 euros, payable en douze mensualités égales de 2 000 euros.

Les doctorants désirant postuler à ce poste de chercheur pourront déposer leur candidature du 15 janvier au 15 mars 2012 dernier délai. Aucun dossier de candidature reçu après cette date ne pourra être examiné.

Toutes les informations nécessaires : les dossiers de candidature et le règlement des «contrats de recherche de la Fondation de la Résistance en partenariat avec la Fondation Edmond de Rothschild et avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations » sont disponibles ci-dessous :

>> Règlement du 15 décembre 2011
>> Télécharger la fiche de candidature (11,2 ko)

Ils peuvent aussi être demandés par courrier adressé à M. le Directeur historique de la Fondation de la Résistance, 30, boulevard des Invalides, 75007 Paris.
Contact : M.Bruno Leroux, Directeur historique Tél 01 47 05 67 88
Courriel : bleroux_fondation@sfr.fr

http://www.fondationresistance.org/pages/rech_doc/contrat.htm

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Soutenance de thèse de Bertrand Hamelin

“Singulier et pluriel : Michel de Boüard”

Bertrand Hamelin soutiendra sa thèse le 12 décembre 2011  à 15h30 Salle LE 161

Université de Caen Basse-Normandie / CRHQ (UMR 6583) / U.F.R. histoire
Ecole doctorale 68 : Littératures, cultures et sciences sociales

http://www.crhq.cnrs.fr/_index.php?page=index&suite=

http://clioweb.free.fr/dossiers/mdb/mdb23.htm


Posted in Actualités / News | Leave a comment

Les résistances en Europe

Arte diffuse à partir du mercredi 12 octobre une série documentaire consacrée aux résistances européennes : “Les Combattants de l’ombre”. Ce documentaire semble s’inscrire dans le prolongement des quelques travaux de recherche menés depuis les années 1990. On en trouvera un aperçu dans les actes des colloques suivants :

Robert Frank et José Gotovitch [dir.], La Résistance et les Européens du Nord, Bruxelles, CEGES, 1994

Jean-Marie Guillon et Robert Mencherini [dir.], La Résistance et les Européens du Sud, L’Harmattan, 1999

Les courants politiques et la Résistance : continuités ou ruptures ?, Luxembourg, Archives nationales, 2003

François Marcot et Didier Musiedlak [dir.], Les résistances, miroirs des régimes d’oppression. Allemagne, France, Italie, 2006

 

 

Posted in Actualités / News | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Publication : “Écrire sous l’Occupation. Du non consentement à la Résistance”

Les actes du colloque international “Écrire sous l’Occupation. Du non-consentement à la Résistance. France-Belgique-Pologne 1940-1944″ sortiront en librairie le 29 septembre aux Presses Universitaires de Rennes.

Organisé à Besançon en septembre 2009, dirigé par Bruno Curatolo et François Marcot, ce colloque interdisciplinaire (littérature et histoire)  entendait interroger les statuts, le rôle et le sens de l’écriture dans des situations contraintes par l’occupation allemande.  Il s’agissait notamment de confronter des registres d’écriture spécifiques, publics ou privés — journaux intimes, presse clandestine, théâtre, poésie, romans, lettres de fusillés, poésie populaire — et de revenir sur la diversité des conduites face à la défaite de 1940, à la présence allemande, à Vichy, à la répression et aux persécutions.

L’ouvrage s’organise en cinq axes : l’écriture intime ; l’écriture clandestine ; les formes littéraires ; les modalités de l’engagement chez les écrivains ; l’écriture face à la persécution et à la répression. Il propose une approche comparitiste : France, Belgique et Pologne.

Avant-propos, sommaire et auteurs sur le site des Presses Universitaires de Rennes : http://www.pur-editions.fr/

 

Posted in Actualités / News | Tagged , , , , | Leave a comment

Publication : “Histoire de la Résistance : nouveaux chercheurs, nouveaux apports”

La revue Guerres mondiales et conflits contemporains (Presses universitaires de France) publie dans son dernier numéro un dossier “Histoire de la Résistance : nouveaux chercheurs, nouveaux apports”.

Outre un avant propos rédigé par Laurent Douzou, on y découvrira les articles suivants :

Sébastien Albertelli, “Les services secrets de la France libre : le bureau central de renseignements et d’action (BCRA), 1940-1944

Johanna Barasz, “De Vichy à la Résistance : les vichysto-résistants (1940-1944)”

Julien Blanc, “Du côté du musée de l’Homme : nouvelles approches de la Résistance pionnière en zone occupée (1940-1941)”

Cécile Vast, “Sur l’expérience de la Résistance : cadre d’étude, outils et méthodes”

Thomas Fontaine, “Les premiers pas du CH2GM en histoire de la Déportation”

Emmanuel Chevet, “Gendarmerie et maquis sous l’Occupation en France (1943-1944). Force est faiblesse”

Sylvain Gregori, “Résistance (s) et société corse : cas singulier ou variante régionale ? Juillet 1940-septembre 1943″

http://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-2.htm

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Répression et Résistance : bilan de deux journées d’études (Rennes, Dijon)

Carte des internés, déportés, fusillés, victimes civiles dans le Doubs établie en 1973 par M. & Mme Mercier, correspondants départementaux du Comité d'Histoire de la 2ème Guerre Mondiale © Musée de la Résistance et de la déportation de Besançon

Au cours de l’année 2010-2011, le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance a organisé deux journées d’études complémentaires sur le thème « Répression et Résistance ». La première, « Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression », a été accueillie à l’université de Rennes 2 par Jacqueline Sainclivier le 4 janvier 2011. La seconde, accueillie par Jean Vigreux et Serge Wolikow, s’est déroulée le 8 juin dernier à Dijon dans le cadre du PRES associant les universités de Bourgogne et de Franche-Comté, et a porté sur « L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ».

La journée d’études de Rennes, « Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression » avait pour objectif d’analyser les regards portés par les différents organismes et dispositifs répressifs de l’Occupant et de Vichy sur la Résistance, en intégrant les dimensions chronologiques (évolution des représentations), géographiques (spécificités régionales) et en variant les échelles. L’entrée « acteurs de la répression » a été ici privilégiée : le Militärbefehlshaber in Frankreich, la Sipo-SD, les différents services vichystes (polices « classiques », exceptionnelles créées durant l’Occupation, gendarmerie, Préfecture de police parisienne, Surveillance du territoire, etc.). Ces regards portés sur la Résistance répondent à la fois à des visions et à des pratiques antérieures à l’Occupation, qui évoluent durant celle-ci, et à une analyse « de terrain » de la Résistance entre 1940 et 1944. Il a donc fallu donner les « définitions de l’ennemi » (ce qui élargit ou restreint la définition de la Résistance), de préciser comment elles se forgent et comment elles évoluent, pour présenter un rapide tableau de la répression de la Résistance.

Le point de vue retenu à Dijon (« L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ») fut à la fois différent et complémentaire de celui de la première journée, puisqu’il s’agissait de se situer du côté de la Résistance et de ses acteurs. La répression, qu’elle soit exercée par les occupants ou par les services de Vichy, constitue en effet une composante essentielle de l’identité de la Résistance. Elle a nourri dès la clandestinité un imaginaire puissant. En prenant en compte des variations de la chronologie et la diversité des situations géographiques, les communications se sont intéressées au poids de la répression dans la construction et la structuration de la Résistance (en quoi la répression modifie-t-elle les comportements des résistants, les conditions de la clandestinité et les modalités de leur combat ?), à la répression comme expérience singulière, comme horizon d’attente et comme vécu, au devenir des résistants après leur arrestation puis en prison. Les communications devaient s’attacher à analyser les conséquences de la répression sur la construction de la Résistance, en termes d’organisation et / ou en termes d’identité. La discussion a pu notamment porter sur le poids et les conséquences de la répression sur le fonctionnement des organisations de résistance (arrestations, démantèlement, adaptation, cloisonnement et hiérarchie des services, mise en place de solidarités, etc.). Il s’agissait également de revenir sur l’expérience de la répression comme marqueur identitaire de la Résistance, de saisir la place de la répression dans le légendaire résistant (expérience de la prison, martyrologe, horizon d’attente, rapport à la mort, etc.).

Du côté des acteurs de la répression, les intervenants de la journée de Rennes (Emmanuel Chevet, Gaël Eismann, Thomas Fontaine, Cédric Neveu, Philippe Souleau et Laurent Thiery) ont démontré la richesse d’une comparaison entre les situations géographiques et la nécessité de tenir compte de la diversité des acteurs. De multiples facteurs, à la fois culturels, géopolitiques et conjoncturels, entrent en jeu dans la construction des représentations de la Résistance : les dispositifs répressifs ; les idéologies à l’œuvre et les objectifs des acteurs de la répression ; l’état de l’opinion et l’attention portée aux comportements de celle-ci ; l’évolution de la guerre.

Le statut géopolitique des territoires a été abordé par des études de cas sur la Moselle annexée (Cédric Neveu), le Nord-Pas-de-Calais rattachée au commandement allemand de Bruxelles (Laurent Thiery), la région de Bordeaux (Philippe Souleau), ou cet espace d’intervention privilégié des gendarmes que constituent les zones rurales (Emmanuel Chevet). La grande diversité des lieux, des échelles et des statuts territoriaux explique en partie les distinctions opérées par les acteurs de la répression dans leur lutte contre les résistants. À cet égard, la dimension culturelle est également essentielle ; Gaël Eismann a insisté sur la part de l’imaginaire dans la tradition militaire et la culture ordinaire des officiers de la Wehrmacht, du conditionnement idéologique et des conceptions juridiques à l’œuvre dans les représentations de l’ennemi. Thomas Fontaine, Laurent Thiery, Emmanuel Chevet et Cédric Neveu, en rappelant l’intérêt de la prosopographie appliquée aux acteurs de la répression (conditions de recrutement, reconstitution des trajectoires, micro-histoire des brigades), ont mis en exergue le poids des cultures et des diverses traditions, militaires, juridiques, policières. La perception du danger, tant dans sa qualification que dans son anticipation, influe également sur les représentations de la Résistance (Cédric Neveu, Gaël Eismann). La question de l’environnement social a traversé plusieurs communications ; en Moselle, dans le Nord-Pas-de-Calais, en zone occupée comme en zone sud, les acteurs de la répression (Allemands et Français) accordent une attention toute particulière à l’état de l’opinion et aux comportements de la population, et s’interrogent sur les conséquences de la « publicité » faite aux opérations de répression. Les interventions ont montré la nécessité de croiser les chronologies et les temporalités, de raisonner autant sur le long terme (souvenirs de 1870, de la Grande Guerre et de la campagne de 1940) que sur la conjoncture et la portée des événements de la guerre (attentats, invasion de l’URSS, perspective du débarquement). Enfin, les mots, la façon de dire et de nommer l’ennemi reflètent aussi, à leur manière, les représentations de l’idée et des formes de lutte de la Résistance par les acteurs de la répression. La sémantique intervient dans la reconnaissance, la dépréciation ou la négation de l’ennemi.

Quant aux conséquences de la répression sur la construction de la Résistance, les communications présentées à Dijon (Sébastien Albertelli, Catherine Lacour-Astol, Emmanuel Debruyne, Johanna Barasz, Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty) ont davantage insisté sur les aspects organisationnels. Paramètre pris en compte par les autorités de la France libre et le BCRA, comme l’a montré Sébastien Albertelli, la répression oblige les organisations de résistance à une adaptation de tous les jours pour maintenir leur survie. À travers l’analyse des solidarités féminines et familiales dans le Nord, et en étudiant la dimension sociale de la répression, Catherine Lacour-Astol a prouvé toute la valeur heuristique d’une approche socio-culturelle de la Résistance.

Faute de temps, certains aspects n’ont pu être abordés au cours de ces deux journées d’études. La question des représailles collectives exercées contre les populations civiles au printemps et à l’été 1944, dont l’histoire reste à faire et le bilan d’ensemble à établir, a joué un rôle essentiel dans la façon dont se construit la vision de la Résistance à l’été 1944, en structurant déjà sa mémoire. Par ailleurs, il faudrait également s’interroger sur la fonction et le statut de la répression dans la mémoire et l’écriture de l’histoire de la Résistance. D’autres thèmes pourraient être davantage approfondis : l’expérience de la prison, la notion de prises de risque et le rôle des conséquences de la répression dans les stratégies des mouvements et des réseaux, les résistants pensés non comme seules victimes mais aussi comme acteurs de la répression, la conception et les pratiques de la répression dans le cadre de l’épuration, etc.

Posted in Actualités / News | Tagged , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Autour de la Résistance et de la France occupée (1940-1944) : quelques publications récentes

Soutenances de thèses et colloques universitaires ont donné lieu ces deux dernières années à de nombreuses publications. Pour ce qui concerne les chercheurs du CH2R, nous proposons ci-après la présentation d’une sélection d’ouvrages et d’essais publiés depuis 2009.

 

Sébastien ALBERTELLI, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA. 1940-1944, Perrin, 2009

“Quelles furent les véritables relations de de Gaulle avec le Bureau Central de Renseignement et d’Action ? Quels furent le rôle exact et l’influence de ce service pendant la Seconde Guerre mondiale ? Le B.C.R.A mérite-t-il la légende noire qui l’accompagne ?  Pour une poignée de Français, la guerre ne s’arrête pas avec l’armistice de 1940. Mais la continuer est un pari audacieux quand manquent les moyens humains, financiers et matériels. Tout ou presque est à inventer. C’est dans cet esprit qu’à Londres le colonel Passy organise le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA). Son objectif est triple : recueillir des renseignements sur ce qui se passe en France, soutenir les résistants de l’intérieur dans leur combat, puis imposer à ceux-ci une tutelle souvent fort mal acceptée. Grâce à des fonds d’archives exceptionnelles – 600 cartons du BCRA, celles du SOE britannique et de l’OSS américaine -, Sébastien Albertelli retrace l’aventure de ces personnages hors du commun : le colonel Passy, le colonel Rémy, Jean Moulin, Pierre Brossolette, Roger Wybot (futur patron de la DST), André Manuel, Pierre Fourcaud ou Honoré d’Estienne d’Orves. Il détaille les relations compliquées et fluctuantes entre le général de Gaulle et les services secrets, étudie les rapports tumultueux du BCRA avec les Anglais ou les Américains et démonte la légende noire qui s’est tissée autour du BCRA. Son travail minutieux, qui fourmille d’informations inédites, permet de comprendre comment la toile d’araignée des services spéciaux français a mené la lutte contre les Allemands et Vichy.” (Quatrième de couverture, Éditions Perrin).

Sébastien ALBERTELLI, Atlas de la France libre, Autrement, 2010

“La France Libre est longtemps apparue comme un bloc presque immuable : non seulement le général de Gaulle en avait lui même gravé la geste dans le marbre de ses Mémoires de guerre, mais des gardiens sourcilleux veillaient à préserver le Mythe. Depuis une quinzaine d’années, elle a toutefois fait l’objet de travaux qui en ont profondément renouvelé la compréhension : sans rien retirer aux mérites des combattants, sans qui les projets du général de Gaulle seraient restés lettre morte, ceux-ci ont mis l’accent sur la dimension essentiellement politique qu’a revêtue l’aventure de la France Libre. Le caractère extrêmement réduit de ses troupes à l’échelle d’une guerre planétaire et l’exiguïté des territoires placés sous son autorité attestent qu’en définitive son importance historique réside avant tout dans la réalisation d’un espoir fou : à partir de rien, ou pas grand-chose, incarner la France, insoumise, et reconstruire un Etat dont l’autorité et la souveraineté seraient reconnues par les Français et par leurs alliés. Le plus souvent inédits et réalisés à partir des recherches les plus récentes, les cartes et graphiques qui composent cet atlas offrent une lecture originale et vivante de cette épopée que fut la France libre.” (Quatrième de couverture, Éditions Autrement)

Julien BLANC, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme (1940-1941), Seuil, 2010

“Eté 1940. Dans un pays assommé par la débâcle, les premières manifestations du refus de l’occupant s’ébauchent dans Paris, en particulier au musée de l’Homme. Des noyaux de résistance naissent. Par contacts successifs, une nébuleuse rassemblant des groupes divers se développe et se lance dans des actions variées : propagande, évasion, renseignement.Disséminée géographiquement, socialement et idéologiquement variée, cette désobéissance pionnière est rapidement en butte à une répression féroce. Ses principaux chefs de file, le linguiste Boris Vildé et l’anthropologue Anatole Lewitsky, sont jugés et exécutés en février 1942.Comment cette première Résistance s’est-elle structurée ? Quelles ont été les motivations et les profils de ses membres? La répression a-t-elle irrémédiablement décimé les groupes qu’ils avaient mis sur pied ? Comment enfin l’histoire et la mémoire de ces éphémères constructions se sont-elles articulées de 1942 à nos jours ?Dans ce livre, Julien Blanc présente à la fois l’histoire singulière d’une organisation de Résistance et un essai sur les premières formes de la désobéissance en zone occupée.” (Quatrième de couverture, Éditions du Seuil)

Laurent DOUZOU (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Presses universitaires de Rennes, 2010

“Dès la Libération, « faire l’histoire de la Résistance » a été perçu comme une tâche posant des problèmes spécifi ques aux historiens. On ne peut comprendre les vicissitudes d’une historiographie à la fois riche
et complexe sans prendre en compte les moyens mis en oeuvre pour faire face à ce défi , et notamment les travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, qui pilota jusqu’en 1980 la plupart des travaux menés sur la Résistance. Pionnier par le recours aux enquêtes orales, unique par l’utilisation d’un réseau de correspondants régionaux, anciens résistants pour beaucoup, ce Comité est le signe le plus visible d’un phénomène plus général : l’implication des résistants et de leurs associations dans l’historiographie de la Résistance. Celle-ci a donc été dès l’origine au coeur de questions aujourd’hui ressassées : la relation conflictuelle entre histoire savante et mémoire individuelle et collective, la possibilité même d’une histoire du temps présent, les risques d’une histoire officielle – sachant que le Comité n’en était pas moins animé et piloté par des historiens professionnels, et non des moindres puisque Lucien Febvre en fut le premier président. Organisé par la Fondation de la Résistance et l’Institut d’Études Politiques de Lyon, ce colloque avait donc pour enjeu d’évaluer le degré de pertinence de l’affirmation courante selon laquelle on serait passé progressivement « de la mémoire à l’histoire », de poser les jalons pour une étude dépassionnée des relations entre historiens et acteurs en histoire contemporaine et du lien entre évolution historiographique et demande sociale. Sans prétendre à l’exhaustivité, tant le champ couvert par le Comité fut vaste, les contributions rendent compte de sa genèse, de ses méthodes, de ses publications, des problèmes rencontrés pour accéder aux archives. Pour mettre en perspective son apport, d’autres acteurs de cette historiographie ont été évoqués aux niveaux régional et national mais aussi international avec les travaux des historiens anglo-saxons et le regard des historiens allemands. Des comparaisons avec la Belgique et l’Espagne ont enfin permis de mieux mesurer les problèmes communs à l’étude des résistances en Europe.” (Quatrième de couverture, Presses universitaires de Rennes).

Laurent DOUZOU, La Résistance. Une morale en action, Gallimard, 2010

“Juin 1940. La France, humiliée et défaite, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Pourtant, aussitôt, une poignée d’hommes et de femmes décident de “faire quelque chose”. Cette phase pionnière est suivie d’une lutte longue et incertaine pour transformer cette volonté de résistance en une action structurée aussi efficace que possible. Rude tâche tant pour la Résistance intérieure que pour la France Libre qui, non sans frictions et désaccords, s’épaulent au fil du temps. Filières d’évasion, collecte de renseignements, publications clandestines, faux papiers, attentats… graduellement, malgré une répression féroce, la Résistance tisse sa toile. En 1943 et 1944, tout en ne cessant jamais d’être minoritaire, elle s’enracine socialement, gagnant le combat idéologique et politique qu’elle livre à l’occupant et au gouvernement installé à vichy. Laurent Douzou retrace l’histoire, les combats, les souffrances de cette “armée des ombres” qui eut le courage et l’audace de mettre sa morale en action.” (Quatrième de couverture, Éditions Gallimard).

Gaël EISMANN, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Éditions, Tallandier, 2010

“En France, le souvenir des violences commises par l’occupant allemand dans les ” années noires ” est encore douloureusement vivant dans notre mémoire collective. Pourtant, l’histoire de l’occupation militaire allemande en France est très peu étudiée. Or, le Militürbefehlshaber in Frankreich (commandant militaire en France, Mbf) constitue la pièce centrale du système d’occupation allemand. Installé à Paris à l’hôtel Majestic, le Mbf s’apparente à un gouverneur militaire qui disposa, jusqu’en juin 1942, du monopole du ” pouvoir exécutif “. Fondé sur les archives allemandes de l’Occupation, archives aujourd’hui encore largement délaissées par l’historiographie française, ce livre permet de rompre avec nombre d’idées reçues parmi lesquelles celle qui présente le rôle du Mbf comme ” convenable “, attribuant l’essentiel des atrocités commises en France pendant l’Occupation à la Gestapo et aux officines collaborationnistes françaises. Gaël Eismann revient par ailleurs sur la manière dont le traitement de la ” question juive ” s’insère dans la politique de ” maintien de l’ordre et de la sécurité ” du Mbf et s’interroge : comment s’opère le glissement qui conduit de la répression de la Résistance à la déportation des Juifs ? Le Mbf a-t-il freiné les initiatives d’autres instances allemandes chargées de la ” question juive “, les a-t-il cautionnées passivement, ou a-t-il joué un rôle moteur, voire accélérateur, dans la mise en oeuvre de la ” solution finale ” ? C’est à ces questions que répond ce livre conçu comme une histoire globale de la politique de ” maintien de l’ordre et de la sécurité ” du Mbf et qui permet de reconsidérer les responsabilités de chacun.” (Quatrième de couverture, Éditions Tallandier)

Thomas FONTAINE, Déportations et génocide : l’impossible oubli, FNDIRP-Éditions Tallandier, 2009

“Déportation, camp de concentration, génocide : ces termes sont aujourd’hui associés aux crimes contre l’humanité commis par les nazis. Longtemps, les mémoires ont réuni les deux principaux phénomènes décrits par ces notions : la répression de la Résistance, qui entraîne la déportation vers les camps de concentration, et la persécution des juifs d’Europe, qui vise à leur assassinat systématique dans des ” centres de mise à mort ” spécialement conçus à cette fin. Longtemps, les mémoires ont surtout mis en évidence la déportation résistante et patriotique, avant que, à partir des années soixante-dix, la spécificité du génocide des juifs d’Europe apparaisse plus nettement et que la mémoire de leur extermination s’impose progressivement en France. Au point qu’elle recouvre parfois aujourd’hui l’ensemble de la notion de déportation. Ecrire un manuel sur les déportations et le génocide des juifs destiné d’abord aux lycéens et à leurs professeurs, c’est pour l’historien relever l’enjeu posé par ces évolutions, qui ne rendent pas bien compte des processus complexes caractérisant les crimes nazis. Tous découlent d’une même idéologie prônant l’inégalité et la violence, la hiérarchie des races et le mépris des êtres considérés comme ” inférieurs ” ou ” inutiles “, et offrant les conditions propices au meurtre de masse et au génocide. C’est pourquoi ce livre adopte une approche globale de la question et traite des déportations vers le système concentrationnaire et du génocide des juifs, de la répression et de la persécution. La spécificité de l’extermination des juifs d’Europe n’en ressort que plus nettement. Ce livre a aussi pour but de combler une lacune : aucune synthèse en France ne détaille dans un même ouvrage les différentes étapes de la répression et de la persécution menées sur notre territoire entre 1940 et 1945.” (Quatrième de couverture, FNDIRP-Éditions Tallandier)

Pierre LABORIE, Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation : mémoires et idées reçues, Bayard, 2011

“L’actualité rappelle en permanence la place particulière, parfois oppressante, que les années noires occupent dans la mémoire nationale. Un discours convenu, durablement installé depuis le film Le chagrin et la pitié, affirme ce que le pays aurait longtemps refusé de reconnaître : dans leur grande majorité, les Français ont été occupés à durer, repliés dans un attentisme marqué par l’opportunisme, par des arrangements consentants, ou plus, par une indifférence coupable aux minorités persécutées. Que transmet et signifie ce prêt-à-penser ? Pierre Laborie s’attache à en faire la généalogie, retraçant et questionnant le contexte de son émergence dans les années 1970, les facteurs qui ont contribué à le rendre dominant, le processus surtout qui a fini par l’imposer comme une évidence. Ce faisant il revient sur l’expérience singulière de la Résistance, sur un engagement et un héritage dont le sens semble en voie de s’effacer. Bousculant des lieux communs, il interroge : même s’ils sont répétés partout, depuis des décennies, comment croire que les simplismes d’un jugement lapidaire pourraient suffire à énoncer une vérité définitive sur la façon dont quarante millions de Français ont traversé une des épreuves les plus dévastatrices de leur longue histoire ?” (Quatrième de couverture, Éditions Bayard)

Cécile VAST, L’identité de la Résistance. Être résistant, de l’Occupation à l’après-guerre, Payot, 2010

“« Il s’est passé quelque chose. » Par ces mots Jean Cassou tentait, en 1953, de définir ce qu’était l’identité de la Résistance. Restituer ce « quelque chose », tel est depuis soixante ans l’un des objectifs de l’historien, mais telle fut aussi la nécessité éprouvée par de nombreux résistants qui, par l’écriture et dans le feu de l’action, voulurent eux-mêmes témoigner de leur propre histoire. Pourquoi cela ? Ce livre montre comment l’expérience de la Résistance a progressivement modelé une identité singulière et il en dégage les grandes composantes (témoigner, volonté de maîtriser le temps, dimension légendaire, responsabilité sociale, élitisme, idéal unitaire, identification à la France, éthique de l’action). Il propose également une histoire renouvelée de l’ensemble formé par les mouvements non communistes de la zone sud, regroupés en 1943 dans les Mouvements unis de résistance (MUR) et le Mouvement de libération nationale (MLN).” (Quatrième de couverture, Éditions Payot)

Cécile VAST, Les résistants en France, Milan, 2009

“Ouvrage de vulgarisation. S’il apporte les informations et les aspects factuels attendus sur l’histoire de la Résistance en France, il cherche également à faire état du renouvellement historiographique. Outre les chapitres classiques sur la chronologie et le contexte du phénomène résistant, sur son caractère multiforme, la diversité des formes de l’action, le vécu et les réalités de la clandestinité ou l’été 1944, il propose une approche plus réflexive de l’événement, de ses appropriations successives et de son statut.” (Quatrième de couverture, Éditions Milan)



Posted in Actualités / News | Tagged , , , , , , , , , , , , | Leave a comment